Retour à l'Index
 
André Marcon
 
 
 
Théatre

 

Artiste interprète

André Marcon est acteur de théâtre, au cinéma et à la télévision.

André Marcon a joué et mis en scène de nombreux textes de Valère Novarina : Le discours des animaux aux Bouffes du Nord, Pour Louis de Funès en 1986 et Je suis en 1991 au Théâtre de la Bastille...

Il travaille régulièrement avec Bernard Sobel - Le Tartuffe en 1990 - Alain Françon - Visage de feu de Marius von Mayenburg et Skinner de Michel Deutsch en 2002 au Théâtre de la Colline et Bruno Bayen - Plaidoyer en faveur des larmes d'Héraclite en 2003 à Chaillot et aussi avec Jean Pierre Vincent, Pascal Rambert, Michelle Marquais, Peter Zadek et Georges Lavaudant.

Roger Planchon marque sa carrière dès 1978 avec Antoine et Cléopâtre au Théâtre des Amandiers de Nanterre puis tout au long du TNP.
Il a tourné dans le film de Luc Bondy, Ne fais pas ça en 2003, et leur première collaboration théâtrale fut Une pièce Espagnole, de Yasmina Reza.
En 2005, il a également remplacé avec talent Thierry Fortineau, alors malade, dans la pièce de Peter Eyre : Chere Maître.

Il s'est mis en scène dans Le Monologue d'Adramelech, Le Discours aux animaux, Pour Louis de Funès, L'Inquiétude, de Valère Novarina.

Son parcours avec Théâtre Ouvert, comme comédien, a débuté dès la première saison du Jardin d'Hiver, avec, en 1982, sa participation aux Ecritures de femmes (Au Bord et Quand Speedoux s'endort de et par Louise Doutreligne), il a participé au Noyau de comédiens, où il a rencontré pour la première fois Valère Novarina, et a donné à entendre Le Drame de la vie, puis il a joué dans la mise en scène de Michelle Marquais, Transat, de Madeleine Laïk, et La Waldstein, de Jean-Pierre Amette, mis en scène par Alain Françon; en 1985 il a participé, au Festival d'Avignon, aux Cartes Blanches aux comédiens, proposées par Théâtre Ouvert avec Pour Louis de Funès, de Valère Novarina, et a joué dans Je songe au vieux soleil, un récit de Laurence Mayor, d'après William Faulkner, dans une mise en scène d'Alain Françon.