Extraits de presse
  Fiche technique
Chère Maître
 
  DISTRIBUTION    


Pièce de :
Peter EYRE

D’après la correspondance de George SAND
et Gustave FLAUBERT

Adaptation et mise en scène :
Sandrine DUMAS

Assistée de :
Valérie NÈGRE

Avec :
Marie-France PISIER
André MARCON

Costumes :
Chloé OBOLENSKY

Décors :
Antoine PLATTEAU,
Assistée de :
Malika CHAUVEAU

Lumières :
Marie NICOLAS,
Assistée de :
Rémi GODFROY

Musique originale,
composée et interprétée par
Renaud PION

Production :
Théâtre de la
Gaîté-Montparnasse
et Théâtre du Gymnase
(Marseille)


 
 

PIÈCE de Peter EYRE

Quand, en 1864, Sand et Flaubert se rencontrent, ce sont déjà deux personnages incontournables du monde des lettres.
Elle a une soixantaine d'années et des dizaines de romans derrière elle ;
il en a cinquante, vit "comme un ours", a écrit "Madame Bovary" et vient de publier "Salammbô".

Leur correspondance s'étalera sur douze ans et ne sera interrompue que par la mort de George Sand. On assiste à la naissance d'une amitié qui se fortifie au fil des lettres pour faire place à une réelle intimité.
Flaubert et Sand, que presque tout devait opposer, ont réussi, malgré ou grâce à leurs divergences, à s'apporter une écoute et un soutien véritable.

Leurs pensées restent un modèle d'intelligence, un regard posé sur leur société qui fait perpétuellement écho à notre monde.


NOTE D'INTENTION

"Chère Maître," fut d'abord, pour moi, une rencontre avec un de ces textes qui semblent exister pour vous aider à affronter la vie.
Il se dégageait de cette correspondance entre George Sand et Gustave Flaubert une attitude face au monde qui me donnait du courage, des fulgurances de rage visionnaire qui me donnaient des ailes.
Ma décision de le présenter à Paris, après son succès à Londres, et d'en assurer moi-même la mise en scène est née du désir de faire entendre dans la cacophonie d'aujourd'hui l'acuité de la parole de ces deux géants du siècle dernier.
Dans notre monde où les valeurs marchandes prennent de plus en plus le pas sur le travail artistique, il est bon, nécessaire, crucial et amusant d'entendre ce que Flaubert et Sand s'échangeaient sur ces sujets, il y a un peu plus de cent ans…

Sandrine Dumas

 

MISE en scène
     
 
Voir la bio
  Sandrine Dumas
En tant que comédienne, Sandrine Dumas a travaillé au cinéma avec, entre autres, Medhi Charef, Ermanno Olmi, Robert Altman, Milos Forman, Krystof Kieslovski, Laurent Perrin, Jacques Fansten, Maroun Bagdadi, Giaccomo
Campiotti.
Au théâtre, elle a notamment travaillé sous la direction de Simone Amouyal, Michel Didym, Isabelle Nanty, Etienne Bierry, Gérard Vergès et Pierre Pradinas.
Elle a écrit un longmétrage Meilleurs Voeux en 2000 pour lequel elle a obtenu une aide du C.N.C. puis a participé pendant un an à la Fémis à la Formation Scénario.
En 2003, elle a réalisé son premier court-métrage.

Le garde du corps a obtenu une mention spéciale au festival de Berlin 2004 sélection Panorama, la prime à la qualité du C.N.C. et le prix du public des Rencontres Cinématographiques de Digne-les-Bains.
Elle développe actuellement un projet de longmétrage.
Chère Maître, est sa première mise en scène de théâtre.

Voir la suite…

 

Peter EYRE
Depuis toujours, Peter Eyre a marqué un intérêt particulier pour la littérature française.
Il a adapté la correspondance entre G.Sand et G.Flaubert, et l’a mis en scène, intérprétant le rôle de Flaubert
face à Irene Worth dans le rôle de G.Sand.
Ils ont créé Chère Maître, aux Etats-unis, puis l'ont repris avec succès à l'Almeida Theatre à Londres.

 

SUR SCÈNE
     
Voir la bio
 

Marie-France PisieR
"Ce qui arrive et ce qu’on attend"
de Jean-Marie Besset, mise en scène de Patrice Kerbrat

"Le pain dur, Le père humilié"
de Paul Claudel, mise en scène de Marcel Maréchal

"Liaison Transatlantique"
de Fabrice Rozié mise en scène de Patrice Kerbrat
(d’après “Lettres à Nelson Algren” et “Les Mandarins” de Simone de Beauvoir)

MISES EN SCÈNE
"Le bal du gouverneur"
"Comme un avion"

Voir la suite…

     
     
André Marcon
Voir la bio
  André Marcon
André Marcon a joué et mis en scène de nombreux textes de Valère Novarina : Le discours des animaux aux Bouffes du Nord, Pour Louis de Funès en 1986 et Je suis en 1991 au Théâtre de la Bastille…

Il travaille régulièrement avec Bernard Sobel – Le Tartuffe en 1990 - Alain Françon - Visage de feu de Marius von Mayenburg et Skinner de Michel Deutsch en 2002 au Théâtre de la Colline et Bruno Bayen - Plaidoyer en faveur des larmes d’Héraclite en 2003 à Chaillot et aussi avec Jean Pierre Vincent, Pascal Rambert, Michelle Marquais, Peter Zadek et Georges Lavaudant.

Roger Planchon marque sa carrière dès 1978 avec Antoine et Cléopâtre au Théâtre des Amandiers de Nanterre puis tout au long du TNP. Il a tourné dans le film de Luc Bondy, Ne fais pas ça en 2003. C’est leur première collaboration théâtrale.

Voir la suite…