Extraits de presse
  Fiche technique
Affiche Mademoiselle Julie
 
DISTRIBUTION

Auteur :
August Strindberg

Adaptation et mise en scène :
Didier Long

Avec :
Emilie Dequenne :
Mademoiselle Julie
Bruno Wolkowitch : Jean
Julie Marboeuf : Christine

Lumières :
Gaelle de Malglaive

Scénographe :
Jean-Michel Adam

Musique :
François Peyrony

Création Costumes :
Jean-Daniel Vuillermoz

Une Production


 

Pièce de : August Strindberg

NOTE D'INTENTION

Mademoiselle Julie, sous titrée, «drame naturaliste» par Strindberg, témoigne de sa fascination pour les trois unités (temps, lieu et action) du théâtre classique français et son choix, quasi révolutionnaire à la fin du XIXe siècle scandinave de remplacer les «personnages» emblématiques d'une réalité caricaturale par une véritable étude de «caractères».

L'intrigue, simple mais fouillée, repose sur l'observation, l'expérience, la complexité du genre humain. C'est ce qui fait de Mademoiselle Julie une pièce d'une éternelle modernité à vocation universelle et politique dans sa dénonciation du carcan des clivages sociaux.
Ainsi, Mademoiselle Julie, jeune fille, vierge, appartient à la vieille noblesse d'épée décadente, prisonnière de ses préjugés et de valeurs qu'elle a de plus en plus de mal à assumer comme l'honneur familial, l'exemplarité, la pureté des sentiments religieux et la réserve face à l'élan amoureux.
Jean, appartient au cercle des domestiques qui ne voit plus la servilité comme une fatalité et qui n'a d'autre ambition que de se donner les moyens d'en sortir par l'éducation, la revendication de l'égalité entre les hommes et en corollaire la liberté de vivre ses passions et ses rêves de grandeur.

Mademoiselle Julie et Jean exercent l'un envers l'autre une fascination portée à son paroxysme cette nuit de la Saint Jean où les feux populaires (thème du feu récurrent chez Strindberg) embrasent les campagnes; les danses échauffent, et libèrent les corps. Julie se doit de «tomber» et Jean y voit un moyen de «s'élever».
Après les mises à l'épreuve, l'excitation et la consommation de l'acte, vient le dégoût pour soi-même, pour l'autre, pour la culpabilité qu'ils n'arrivent pas à chasser. Ils croient de moins en moins à leurs rêves de liberté; la réalité de leur condition les rattrape.

Mademoiselle Julie peut-elle vivre dans le déshonneur ?
Comment Jean peut-il vivre avec la crainte respectueuse qu'il ressent
pour Monsieur le Comte.
Mademoiselle Julie peut-elle envisager de fuir ?
Les personnages pressentent, dès le départ, que cette nuit pas comme les autres, les plongera dans un état quasi hypnotique pour mieux les dévorer.
Mais, la peur leur donnera le sentiment de s'affranchir du passé.

Didier Long



AUTEUR
     

August Strindberg

De nationalité suédoise, il est né à Stockholm en 1849 et mort en 1912.

Il commença des études de médecine à l'université d'Uppsala, mais fut bientôt attiré par le métier de comédien. Ses débuts furent peu propices, e, devant renoncer à jouer des pièces, il se mit à écrire. En septembre 1870 le Théâtre Royal de Stockholm donna son acte A Rome, et en 1872 il acheva son premier chef d'œuvre, Maître Olof. Pour sa première femme, actrice débutante, il composa ses deux drames « médiévaux », Le secret de la Guilde (1880) et La femme de Sire Bengt (1882).

Ayant publié en 1879 son premier roman, La chambre rouge, il se mit à analyser les relations maritales dans une série de nouvelles, Les mariés (1884). Puis coup sur coup en 1887 - 1888, il écrivit Les Cruelles confidences dramatiques qu'il est convenu d'appeler ses drames naturalistes : Père, Mademoiselle Julie, Les Créanciers.
Antoine admira la première pièce, et promit de l'inscrire au programme du Théâtre Libre, mais c'est finalement Lugné-Poe qui la monta, en décembre 1894, après avoir donné Les Créanciers. En janvier 1893, le Théâtre Libre avait joué Mademoiselle Julie.

Après son divorce, Strindberg voyagea pendant quelques années, puis traversa la grande crise physique et psychologique dont il retraça le déroulement dans Inferno(1897). Il composa en 1898 La Trilogie du chemin de Damas, que suivirent La danse de mort (1900) et Le songe (1901).
Il créa en 1902 à Stockholm le Théâtre Intime, salle d'essai qui fut peut-être le berceau de l'expressionnisme, et où fut jouée, entre autres, La sonate des fantômes (1908). Grand admirateur des romans de Zola, Strindberg fut fortement influencé par le drame tiré de Thérèse Raquin. Il envoya au romancier en 1887 le manuscrit de sa propre traduction française de Père en en 1892 il proposa à son éditeur de traduire en suédois La Faute de l'Abbé Mouret.




 
MISE EN SCÈNE
     
Voir la bio
 

Didier Long

Théâtre :
LE BOXEUR ET LE VIOLONISTE de Bernard DA COSTA
LE ROMAN DE LULU de David DECCA
BEL AMI d'après l'œuvre de MAUPASSANT, adaptation de Pierre Laville
L'HYGIENE DE L'ASSASSIN d'après l'œuvre d'Amélie NOTHOMB
MASTER CLASS de Terence MCNALLY
PATE FEUILLETÉE création de Alain STERN
MADEMOISELLE ELSE de Arthur SCHNITZLER, adaptation de S. Cohen Tanuji

(Molière de la meilleure comédienne pour Isabelle Carré)
BECKET de Jean ANOUILH
UNE VIE BOULEVERSÉE de Etty HILLESUM
JALOUSIE EN TROIS FAX de Ester VILAR
RESTE AVEC MOI CE SOIR de Flavio de SUZA, adaptation de Louis-Ch-Sirjacq
LE LIMIER de Anthony SHAFFER
LES BRAISES de Sandor MARAI
MATHILDE de Véronique OLMI
THEORBE de Christian SIMEON
FRANKIE ET JOHNNY de Terence MCNALLY, adaptation de Michel Blanc
LA DETTE d'après Stephan SWEIG
JE VIENS D'UN PAYS DE NEIGE de Anne JOLIVET
RICHARD III de William SHAKESPEARE

Depuis juillet 2000, Didier Long est Directeur Artistique du Festival de la
Correspondance de Grignan.

Voir la suite…

 

 
SUR SCÈNE
     
Emilie Dequenne
Voir la bio
  Emilie Dequenne

Cinéma :

ROSETTA de Luc et Jean-Pierre DARDENNE (Prix d'interprétation féminine,
Palme d'Or 1999)
LE PACTE DES LOUPS de Christophe GANS
OUI, MAIS... de Yves LAVANDIER
UNE FEMME DE MÉNAGE de Claude BERRI
MARIÉES MAIS PAS TROP de Catherine CORSINI
THE BRIDGE OF SAN LUIS REY de Mary Mac GUCKIAN
L'AMÉRICAIN de Patrick TIMSIT
L'ÉQUIPIER de Philippe LIORET
DE PROFUNDIS de Antoine SANTANA
AVANT QU'IL NE SOIT TROP TARD de Laurent DUSSAUX
LES ÉTATS-UNIS D'ALBERT de Marc André FORCIER
ÉCOUTE LE TEMPS de Alante ALFANDARI
LE GRAND MEAULNES de Jean-Daniel VERHAEGHE


Voir la suite…



     
Bruno Wolkowitch
Voir la bio
  Bruno Wolkowitch

Théatre :

LE BALCON de Genet, mise en scène Georges Lavaudant
LA TRAGÉDIE DE MACBETH de Shakespeare, mise en scène J-P Vincent
LA TEMPÊTE de Shakespeare, mise en scène Alfredo Arias
POLYEUCTE de Corneille, mise en scène Jorge Lavelli
THE CHANGELLING de Middleton-Rowley, mise en scène Stuart Seide
LE ROI LEAR de Shakespeare, mise en scène Jacques Kraemer
LE MARTYR DE ST-SÉBASTIEN d'Annunzio - Debussy, mise en scène J-P Vincent et Jean-Paul Chambas
LES CAPRICES DE MARIANNE de Musset, mise en scène France Rousselle
LE MAL COURT de Audiberti, mise en scène Pierre Franck
LA CHATTE SUR UN TOIT BRÛLANT de T. Williams, mise en scène M. Fagadau
DERNIERS REMORDS AVANT L'OUBLI de J-L Lagarce,
mise en scène J-P Vincent


Voir la suite…



     
Julie Marboeuf
Voir la bio
 

Julie Marboeuf

Théatre :

LES HAUTS PLATEAUX - Jean-Paul Bazziconi - Patrick Tudoret
LAETITIA - J. Mauclair
QUELLE NUIT - J.L. Moreau
SILENCE EN COULISSE - J.L. Moreau
L'AVARE - Etienne Bierry
GEORGE DANDIN - C. Lidon
LE BARBIER DE SEVILLE - J. Terensier
CIEL MON FEYDEAU - Anthéa Sogno

Voir la suite…