Extraits de presse
  Fiche technique
Dans la luge d'Arthur Schopenhauer
Affiche Dans la luge d'Arthur Schopenhauer
 
DISTRIBUTION
PARISIENNE


Auteur :
Yasmina Reza

Mise en scène :
Frédéric Bélier-Garcia

Avec :
Maurice Bénichou :
Serge Othon Weil
André Marcon : Ariel Chipman
Yasmina Reza : Nadine Chipman
Christèle Tual : La psychiatre

Scénographie :
Jacques Gabel

Lumières :
Franck Thévenon




Texte original publié
aux Editions Albin Michel

 
 

Pièce de Yasmina Reza

NOTE D'INTENTION

Si je devais résumer La Luge d'Arthur Schopenhauer, ce que je dirais c'est qu'il s'agit de quatre brefs passages en revue de l'existence par des voix différentes et paradoxales. Ou encore une variation sur la solitude humaine et les stratégies. Des leurres ?

La réflexion de l'écrivain sur la vérité de la vie, est une interrogation.

Elle ne veut aller nulle part, elle ne veut rien démontrer, rien prouver, rien affirmer.

C'est une vérité d'essence purement subjective qui rend compte de la pluralité des instances intérieures, sans juger, sans faire de hiérarchie contrairement à la philosophie, et qui inclue les atermoiements, les contradictions et la mauvaise foi.

Au début, il s'agissait d'un texte purement littéraire. À vrai dire, cette distinction entre le théâtre et ce qui n'en serait pas est une distinction assez floue dans mon travail.

Au fur et à mesure de l'écriture de «La luge...», j'entendais les voix des personnages de façon extrêmement vivante, et surtout j'entendais le silence des interlocuteurs. Je riais toute seule, en imaginant la tête d'Ariel Chipman écoutant Serge Othon Weil...
Très vite, j'ai donné à lire des pages à Frédéric Bélier-Garcia.
Lui a considéré immédiatement l'objet théâtral.
De sorte que moi-même, je ne m'en suis plus préoccupée.
J'ai écrit sous la forme qui me venait et le livre a été publié ainsi.

Il accède aujourd'hui à son autre dimension dans sa version scénique et je m'en réjouis.

Yasmina Reza



AUTEUR
     

Yasmina Reza

Auteur de théâtre
1987 Conversations après un enterrement
1990 La traversée de l'hiver
1994 «Art»
1995 L'homme du hasard
2000 Trois versions de la vie
2004 Une pièce espagnole

Cinéma - Scénariste
2000 Le Pique-Nique de Lulu Kreutz de Didier Martiny

Roman - Auteur
1997 Hammerklavier
1999 Une Désolation
2003 Adam Haberberg
2005 Dans la luge d'Arthur Schopenhauer
Nulle part

 


Ses ½uvres théâtrales sont adaptées dans plus de 35 langues et jouées à travers le monde dans des productions aussi diverses que la Royal Shakespeare Company, le Théâtre de l'Almeida, le Théâtre National à Londres, le Schiller Theater ou la Schaubühne à Berlin, le Théâtre Royal de Stockholm ainsi que dans les théâtres les plus renommés de Moscou ou de Broadway.

Elle a obtenu notamment les deux prix anglo-saxons les plus prestigieux :
le Laurence Olivier Award (U.K.) et le Tony Award (U.S.A.).

Son oeuvre a inspiré un essai écrit par Denis Guenoun :
Avez-vous lu REZA ? (Ed. Albin Michel).

 
MISE EN SCÈNE
     
Frédéric Bélier-Garcia
Voir la bio
 

Frédéric Bélier-Garcia

Metteur en scène de théâtre et d'opéra, scénariste, professeur de philosophie, Frédéric Bélier-Garcia a créé en France des textes de Max Frisch,
Biographie : un jeu ;
Peter Rosenlund, Un Garçon impossible ;
Gregory Motton, Message pour les c½urs brisés ;
Yasmina Reza, L'Homme du hasard ;
Marie NDiaye, Hilda (Prix de la meilleure création du Syndicat de la critique 2002) ;
Roland Schimmelpfennig, Une Nuit arabe ;
Jon Fosse, Et la Nuit chante ;
Edward Albee, La Chèvre ou qui est Sylvia.

Pour le théâtre, il est co-auteur avec Emmanuel Bourdieu du Mental de l'équipe
et de Mange ta viande !

Au cinéma, il est co-scénariste de Selon Charlie et de L'Adversaire
(Sélection officielle festival de Cannes 2002).

Il a monté l'opéra contemporain de Georges Boeuf sur un livret de Franck Venaille, Verlaine Paul (2003) ;
Don Giovanni, de W.A. Mozart (2005) ;
il créera Lucia di Lammermoor, de Gaetano Donizetti, en avril 2007, à l'Opéra de Marseille.

Voir la suite…

     
     
SUR SCÈNE
     
Yasmina Reza
 
 

Yasmina Reza

Yasmina Reza, née à Paris, est une écrivain et actrice française.
Elle a étudié le théâtre et la sociologie à Nanterre.
En 1995 elle a reçu le Molière du meilleur auteur pour la pièce de théâtre «Art».

Au théâtre :
Trois versions de la vie, mise en scène de Patrice Kerbrat, Théâtre Antoine 2001
Dans la luge d'Arthur Schopenhauer, mise en scène de Frédéric Bélier-Garcia, Théâtre Ouvert 2006

Au cinéma :
Que les gros salaires lèvent le doigt ! 1982
A demain, 1991
Loin, 2001



     
MAURICE BÉNICHOU
Voir la bio
 

MAURICE BÉNICHOU

Maurice Bénichou est acteur de théâtre, de cinéma, de télévision et metteur en scène.

Il a travaillé à de nombreuses reprises sous la direction de Peter Brook, notamment dans : L'Homme qui, La Tempête, Le Mahabharata, La Conférence des oiseaux, Mesure pour mesure, Les Iks, Timon d'Athènes, La Mort de Krishna, Le Grand inquisiteur.
Il a également joué dans les mises en scène de :
Deborah Warner (Maison de poupée), Robert Cantarella (Oncle Vania, Une soirée futuriste), Simone Amouyal et Didier Carette (Armada), André Engel, (Dom Juan et Faust), Luca Ronconi (XX), Patrice Chéreau (Le Prix de la révolte au marché noir), Jean-Pierre Vincent (Dans la jungle des villes, Capitaine Schelle, Capitaine Eçço, Le Marquis de Montefosco), Jorge Lavelli (La Journée d'une rêveuse).

Il a mis en scène les Trois s½urs, de Tchekhov, au Festival d'Avignon 1988 ; Une absence, de Loleh Bellon (1989); L'Atelier (1979) et Zone Libre (1990), de Jean-Claude Grumberg avec la collaboration de l'auteur; Oleana, de David Mamet (1994); Histoire de Marie, de Brassaï (1998); Knock, de Jules Romains (2002); Inconnu à cette adresse, de Kressmann Taylor (2003)...

Il fut de la première aventure de Théâtre Ouvert avec la mise en espace par Jean-Pierre Vincent de Le Camp du drap d'or, de Rezvani, en 1971, au Festival d'Avignon, il a animé une Cellule de création avec l'Atelier, de Jean-Claude Grumberg, en 1976 ; il a joué, sous la direction de Jean-Pierre Vincent, à Théâtre Ouvert, en 1988, La nuit, tous les chats sont gris, de Jean-Claude Grumberg.

Voir la suite…

     
ANDRÉ MARCON
Voir la bio
 

ANDRÉ MARCON

André Marcon est acteur de théâtre, au cinéma et à la télévision.

André Marcon a joué et mis en scène de nombreux textes de Valère Novarina : Le discours des animaux aux Bouffes du Nord, Pour Louis de Funès en 1986 et Je suis en 1991 au Théâtre de la Bastille...

Il travaille régulièrement avec Bernard Sobel - Le Tartuffe en 1990 - Alain Françon - Visage de feu de Marius von Mayenburg et Skinner de Michel Deutsch en 2002 au Théâtre de la Colline et Bruno Bayen - Plaidoyer en faveur des larmes d'Héraclite en 2003 à Chaillot et aussi avec Jean Pierre Vincent, Pascal Rambert, Michelle Marquais, Peter Zadek et Georges Lavaudant.

Roger Planchon marque sa carrière dès 1978 avec Antoine et Cléopâtre au Théâtre des Amandiers de Nanterre puis tout au long du TNP. Il a tourné dans le film de Luc Bondy, Ne fais pas ça en 2003, et leur première collaboration théâtrale fut Une pièce Espagnole, de Yasmina Reza.
En 2005, il a également remplacé avec talent Thierry Fortineau, alors malade, dans la pièce de Peter Eyre : Chere Maître.

Il s'est mis en scène dans Le Monologue d'Adramelech, Le Discours aux animaux, Pour Louis de Funès, L'Inquiétude, de Valère Novarina.
Son parcours avec Théâtre Ouvert, comme comédien, a débuté dès la première saison du Jardin d'Hiver, avec, en 1982, sa participation aux Ecritures de femmes (Au Bord et Quand Speedoux s'endort de et par Louise Doutreligne), il a participé au Noyau de comédiens, où il a rencontré pour la première fois Valère Novarina, et a donné à entendre Le Drame de la vie, puis il a joué dans la mise en scène de Michelle Marquais, Transat, de Madeleine Laïk, et La Waldstein, de Jean-Pierre Amette, mis en scène par Alain Françon; en 1985 il a participé, au Festival d'Avignon, aux Cartes Blanches aux comédiens, proposées par Théâtre Ouvert avec Pour Louis de Funès, de Valère Novarina, et a joué dans Je songe au vieux soleil, un récit de Laurence Mayor, d'après William Faulkner, dans une mise en scène d'Alain Françon.

Voir la suite…

     
CHRISTÈLE TUAL
Voir la bio
 

CHRISTÈLE TUAL

Elle a débuté sa formation de comédienne à l'École du Théâtre National de Strasbourg, puis étudié au Conservatoire d'art Dramatique de Bretagne, après avoir suivi, entre temps, les cours de Françoise Merle, Claude Evrard, Jean Périmony.

Elle a commencé au théâtre dans Caligula, d'Albert Camus, mise en scène Christian Le Guillochet, elle a joué avec Anton Kouznezov, Philippe Berling, Jean-Marie Villégier la dirige dans La Colonie, de Marivaux, Elisabeth Challioux dans Quai Ouest, de Bernard-Marie Koltès.

Elle a travaillé à plusieurs reprises avec Joël Jouanneau, en commençant par Lève-toi et marche, un atelier présenté au Festival d'Avignon, puis à Théâtre Ouvert : Rimmel, et Gouaches, de Jacques Séréna, Les Amantes, de Elfriede Jelinek, Madame on meurt ici, de Louis-Charles Sirjacq.

Elle a également joué sous la direction de Ludovic Lagarde dans Oui, dis le très jeune homme, de Gertrude Stein, Fairy Queen, d'Olivier Cadiot.

Voir la suite…