Extraits de presse
  Fiche technique
En allant à Saint Ives
Affiche En allant à Saint Ives
 
DISTRIBUTION
PARISIENNE


Auteur :
Lee Blessing

Mise en scène :
Béatrice Agenin

Avec :
Béatrice Agenin : Cora
Yane Mareine : Mary

Décor :
Jacques Voizot

Lumières :
Roberto Venturi




 
 

Pièce de Lee Blessing

NOTE D'INTENTION

J'ai rencontré Lee Blessing en montant "Indépendance".
Lorsque nous nous sommes revus, Lee avait apporté avec lui un texte, une pièce en deux actes.
A la lecture en anglais, il était évident que la pièce était forte, il y avait là des rôles intenses, de femmes mûres, dans un théâtre contemporain.

Avec un premier rôle pour une actrice noire, un rôle sur la question fondamentale de la responsabilité des mères dans le don de la vie.

Dans "Indépendance" il y avait une mère en souffrance, au bord de la folie. Une mère qui n'acceptait pas que ses enfants grandissent.

Dans "En allant à Saint Ives", il y a deux mères.
Une femme qui a perdu son enfant et pour qui la vie n'a plus de sens, et, une autre, qui veut tuer son fils, et pour qui tout perdra sens.
Elles sont là, démunies, femmes porteuses d'un impossible projet de vie.

Il y a entre ces deux femmes un secret sourd qui ressemble à une forme de liberté, le droit de vie ou de mort sur sa propre descendance, au-delà de toute morale.
Ce n'est pas une affaire de lois, ni d'hommes.
C'est une affaire de femmes, au plus intime, au plus incompréhensible de la condition humaine, ne plus supporter d'être mère, ne plus supporter cette responsabilité animale qui est de donner la vie.
Depuis que j'ai eu un enfant, je n'ai plus le droit de mourir.
Je dois être là, pour lui, pour l'aider, pour le porter, l'assumer.

Pourtant, parfois, il serait si tentant de s'échapper, de tout arrêter.
Ce que j'aime dans ces deux personnages, c'est que ce qui les lie n'est pas de l'amour, c'est une connaissance profonde du versant le plus vertigineux de la maternité C'est l'histoire des femmes depuis toujours.

"On ne naît pas mère, on le devient."

Devient-on assassin pour avoir été mère ? Je m'interroge sur la responsabilité que nous avons lorsque nous mettons au monde un enfant. Sera-t-il heureux ? Quelle confiance accorder à l'adulte qu'il deviendra ? L'amour est-il une garantie d'immunité contre le Mal ? L'amour triomphe t-il toujours du chaos ?

A notre époque de technicité avancée, avons-nous réussi à faire quelques progrès sur la nature humaine ?

Béatrice Agenin





 
AUTEUR
 

Lee Blessing

Lee BLESSING vit et travaille à New York.
Sa pièce, A WALK IN THE WOODS créée au Yale Repertory Theatre, puis jouée à Los Angeles, a obtenu le prix de la meilleure pièce décerné par les critiques de théâtre américains, puis deux prix aux Tony Awards de Broadway, meilleure pièce et meilleur acteur.

En France elle a été jouée au Théâtre Montansier à Versailles par Jean-Pierre Bouvier et Raymond Gérôme.
INDÉPENDANCE a été montée dans plusieurs théâtres aux États-Unis et adaptée dans plusieurs langues.
L'adaptation française a été jouée à Paris au Théâtre 13 par Dominique Blanchar, Béatrice Agénin, Corine Thézier et Caroline Brésard. Très estimée par la critique, elle a ensuite été reprise au Théâtre Tristan Bernard.
Elle a été jouée en Belgique à l'Atelier Théâtral de Louvain-la-Neuve ainsi qu'en tournée en France. Elle a aussi été montée dans cette adaptation à Montréal.

Les autres pièces de l'auteur sont, entre autres :
COBB, TWO ROOMS, ELEEMOSYNARY, WAR OF THE ROSES, NICE PEOPLE DANCING TO GOOD COUNTRY MUSIC, OLDTIMERS GAME, LAKE STREET EXTENSION, FORTINBRAS, PATIENT A, DOWN THE ROAD.

EN ALLANT À SAINT IVES est actuellement jouée dans plusieurs théâtres aux Etats-Unis.


 
MISE EN SCÈNE
     
Béatrice Agenin
Voir la bio
 

Béatrice Agenin

METTEUR EN SCENE :

- Théâtre 13, Théâtre Tristan Bernard : Indépendance de Lee Blessing.
- Théâtre 13, Théâtre Hébertot : Les Femmes Savantes de Molière,
(nomination aux Molières : meilleure mise en scène)
- Théâtre 14 : Les Sincères et l'Epreuve de Marivaux

Voir la suite…

     
     
SUR SCÈNE
     
Béatrice Agenin
Voir la bio
 

Béatrice Agenin

COMEDIENNE - THEATRE

La Reine de Césarée - Brasillach - mise en scène Jean-Laurent Cochet
Le Sexe faible - Édouard Bourdet - mise en scène Jean-Laurent Cochet

Sociétaire de la Comédie Française (démission en 1984) :

L'Avare - Molière - mise en scène Jean-Paul Roussillon
Le Cid - Corneille - mise en scène Terry Hands
Un caprice - Musset - mise en scène Michel Étcheverry
On ne badine pas avec l'amour - Musset - mise en scène Simon Eine
Le Jeu de l'amour et du hasard - Marivaux - mise en scène Jean-Paul Roussillon
Andromaque - Racine - mise en scène Patrice Kerbrat
La Seconde surprise de l'amour - Marivaux - mise en scène Simon Eine
La Répétition ou l'amour puni - Anouilh - mise en scène Bernard Murat
Kean d'après A. Dumas - mise en scène Robert Hossein
Une femme sans histoire - A.R. Gurney - mise en scène Bernard Murat
Cyrano de Bergerac - Edmond Rostand - mise en scène Robert Hossein
Tartuffe - Molière - mise en scène Marcel Maréchal
C'était bien - James Saunders - mise en scène Stephan Meldegg
(nomination aux Molières : meilleure comédienne)
Tailleur pour dames - Feydeau - mise en scène Bernard Murat
Qui a peur de Virginia Woolf - Edward Albee - mise en scène Pierre Constant
(nomination aux Molières : meilleure comédienne)
La Puce à l'oreille - Georges Feydeau - mise en scène Bernard Murat
Le Malin Plaisir - David Hare - mise en scène Jacques Lassalle
Tournée internationale : La Jalousie de Sacha Guitry avec Pierre Santini
Pieds nus dans le parc - Neil Simon - mise en scène Steve Suissa.

Voir la suite…

     
Yane Mareine
Voir la bio
 

Yane Mareine

COMEDIENNE - CHANTEUSE

Yane Mareine, artiste guadeloupéenne, d'origine Nigériane, est comédienne et chanteuse...

Elle pratique le chant depuis l'adolescence aux côtés de ses frères dans les chorales de Pointe-à-Pitre.
Après douze années passées à tourner en Allemagne, Autriche, Italie, Espagne, Brésil... l'actrice fait une halte en Cévennes où elle entreprend, comme un devoir de mémoire, des recherches sur les outils de résistance des esclaves déportés d'Afrique noire.

Ses nombreux voyages d'investigation l'orientent vers les rythmes, les rites et le langage des esclaves, des Amériques à l'Océan indien.
De rencontre en rencontre, sa voix et sa voie s'élargissent... s'enrichissent... et son spectacle, (un monodrame chanté, conçu comme un témoignage) se charge de sons et de sens toujours renouvelés.

Une rencontre pertinente avec le Royal Art Théâtre de Londres lui permet de mettre en voix et en scène la synthèse de ces années de recherche : 15 chants d'un répertoire original, qui exaltent les valeurs culturelles positives des cultes rituels venus d'Afrique, Vaudou, candomblé, chango, obeyhaïsme... implantés par les esclaves sur leurs terres d'exil.

La démarche de Yane Mareine est profondément marquée par le syncrétisme rythmique, linguistique et religieux, commun à toutes les cultures issues de la traite négrière.

Voir la suite…