Retour à la pièce
  Extraits de presse
  Fiche technique
Gary/Ajar
Gary/Ajar  
extraits de presse  
     
  L'Express  
 

Christophe Malavoy s'est fait une tête de loup de mer pour incarner un Romain Gary qui jette l'encre en divers ports de son existence, comme lorsqu'on a soudain la vie derrière soi. Il ressort de cette confession, que l'imagination d'André Asséo a composée et que ses scrupules d'ami de l'écrivain ont tamisée, un Gary égoïste et révolté, misanthrope et courageux.
On voit aussi, c'est limpide, comment il fut dévoré par le destin tragique de sa moitié, Jean Seberg, et le destin glorieux de son double, Emile Ajar.
Au milieu d'écrans en tulle où défilent écrits et images, Christophe Malavoy montre une gravité de bête traquée et piste les douleurs et les lueurs de ce chemin d'homme.

C.B - L'EXPRESS


 
     
     
  Paris Match  
 


Romancier autant que personnage de roman, Romain Gary valait bien une pièce consacrée à sa vie hors du commun. Non seulement Christophe Malavoy possède l'envergure pour entrer dans la carrure de ce géant de la littérature, mais il a assuré lui-même la mise en scène de cette biographie théâtrale. Ses idées, il leur a donné corps et décor grâce au talentueux scénographe Francis Guerrier. Alors que la plupart du temps, les monologues ne bénéficient guère que d'une chaise et de quelques projecteurs, «GARY-AJAR» est un bijou visuel qui se sert d'habiles trompe-l'½il pour illustrer le destin tragi-comique de ce grand trompeur devant l'Eternel.
«La ressemblance physique n'était pas ma préoccupation principale, nous a confié l'acteur, même si je ne suis pas très éloigné de lui. J'ai surtout voulu incarner sa dimension poétique».
De De gaulle à Jean Seberg, de la guerre à la gloire, de la mystification Ajar au suicide de Gary, nous voguons sur ce flot de paroles comme sur une mer d'intelligence. Chaque pensée, chaque souvenir, chaque anecdote est une île où l'on débusque un trésor. Gary a-t-il vraiment essayé de jeter de son avion un général qui refusait qu'il aille au combat ? Vérité, affabulation, tout se mélange pour, finalement, laisser remonter à la surface la seule chose irréfutable :
le génie de Gary.
Et si ce spectacle chaleureux, drôle, émouvant et très instructif ne vous séduisait pas, alors, promis, on vous rembourse l'indifférence...

Alain Spira - PARIS MATCH

 

 
     
     
  Le Parisien  
 


Christophe Malavoy ressuscite Romain Gary

Romain Gary fut, à n'en pas douter, l'un des personnages les plus fascinants de notre époque. Aventurier dans l'acception noble du terme, écrivain, moraliste, il se distingua tout d'abord pendant la Seconde Guerre mondiale comme aviateur dans les Forces Françaises libres. La paix revenue, il devint diplomate et commença à écrire des livres qui retinrent immédiatement l'attention dont «Les racines du ciel» Prix Goncourt 1956.
En 1975, il publia sous le nom d'Emile Ajar «La vie devant soi» qui lui valut de recevoir un nouveau Goncourt... qu'il refusa. Bien entendu, on ignorait encore, à l'époque, qu'Emile Ajar et Romain Gary ne faisaient qu'un !
La vérité n'éclata qu'à la mort de Gary. André Asséo, qui eut le privilège d'être lié d'amitié avec le romancier, l'a imaginé ici, écrivant ses souvenirs. Il nous livre un texte de belle facture, passionnant et rigoureux, que Christophe Malavoy,
seul en scène dans la peau de l'écrivain, détaille avec bonheur.
A travers les péripéties vécues on découvre un homme complexe, qui se sentait à l'étroit dans sa peau et écrivait des romans «pour aller chez les autres».
Un homme d'exception avec ses faiblesses, ses contradictions et ses provocations. On suit le parcours de Romain Gary avec d'autant plus d'intérêt qu'il est jalonné d'anecdotes savoureuses et de jugements précieux sur les personnalités qui le marquèrent : de Gaulle tout d'abord, mais aussi nombre d'artistes, de réalisateurs et de comédiens qu'il connut à Hollywood, tels que Groucho Marx, Gary Cooper, Errol Flynn, John Huston ou Billy Wilder... Passionnant, bien conté et illustré !

André Lafargue - LE PARISIEN