Extraits de presse
  Conditions techniques
Baby Doll
Affiche Baby Doll
 
DISTRIBUTION
PARISIENNE



Auteur :
Tennessee Williams


Adaptation :
Pierre Laville


Mise en scène :
Benoît Lavigne


Avec :
Mélanie Thierry - Baby Doll
Xavier Gallais - Silva Vacarro
Chick Ortega - Archie Lee Meighan
Monique Chaumette - Tante Rose Comfort
Théo Légitimus - Moïse


Décor et costumes :
Laurence Bruley


Lumières :
Fabrice Kebour


Collaboratrice artistique :
Sophie Mayer


Son :
Vincent Butori et
Jean-François Thomelin






Un spectacle
du Théâtre de l'Atelier



 
Pièce de Tennessee Williams

NOTE D'INTENTION
Je me suis passionné pour cette histoire de désir, de vengeance, de sexe et de manipulation. Dans le Sud des Etats-Unis en pleine crise des années 30, c'est la rencontre érotique, explosive et chaotique d'une jeune femme et de deux hommes. Elle les entraînera au bord de la folie, de l'amour et de la mort.
Mélanie Thierry a de Baby Doll la beauté sulfureuse, l'émotion, la fragilité, la grâce enfantine et l'incandescence. Xavier Gallais avec qui j'ai noué depuis dix ans une complicité artistique sera Silva Vacarro. Et quel plaisir d'associer à eux le talent, l'humanité de Chick Ortega, Monique Chaumette et Théo Légitimus.
Après « Adultères » de Woody Allen en 2006, revenir à l'Atelier pour la création française de
«Baby Doll» de Tennessee Williams est pour moi un immense bonheur.

Benoît Lavigne


AUTEUR
     

TENNESSEE WILLIAMS

Tennessee Williams était, sinon oublié, du moins délaissé lorsqu'il est mort, seul, dans la chambre de l'hôtel New-Yorkais où il vivait, un mois avant son soixante-douzième anniversaire. Pourtant, cet écrivain, surtout connu comme dramaturge (bien qu'il ait aussi écrit quelques romans, nouvelles et poèmes), laisse une ½uvre qui a fait le tour du monde, sur les scènes de théâtre mais aussi sur les écrans de cinéma, un grand nombre de ses pièces ayant été adaptées.
Thomas Lanier Williams est né à Columbus (Mississippi), le 26 mars 1911, et a passé son enfance, avec sa mère et sa s½ur Rose, qu'il adorait, chez son grand-père, pasteur. En 1937, il rompt avec sa famille lorsque Rose, schizophrène, subit une lobotomie qui la laisse très diminuée (il la prit en charge lorsque, le succès venu, ses moyens financiers furent suffisants). Il part à la Nouvelle Orléans puis à New York, où il exerce divers petits métiers, de barman à portier. La nuit, il commence à écrire des pièces en un acte. Lorsque les États-Unis entrent en guerre, il est réformé en raison de son dossier psychiatrique, de son homosexualité, de son alcoolisme, de ses troubles cardiaques et nerveux. En 1943, il se rend à Hollywood, engagé par la Métro Goldwyn Mayer pour faire l'adaptation cinématographique d'un roman à succès. Cette tâche l'ennuie et il écrit son propre scénario, que la MGM refuse. Il en fait une pièce, LA MENAGERIE DE VERRE - où il met en scène sa mère et sa s½ur - montée à New York en 1945. Avec cette pièce, Tennessee Williams connaît, à trente-quatre ans, une célébrité soudaine.
Elle se confirme deux ans plus tard avec le succès d' UN TRAMWAY NOMME DESIR, dont Elia Kazan est le metteur en scène, et qui marque les débuts d'un jeune comédien de l'Actor's Studio: Marlon Brando. Quelques années plus tard, Kazan réalisera BABY DOLL avec Carroll Baker, Eli Wallach et Karl Malden.
En vingt-quatre ans, dix-neuf pièces de Tennessee Williams furent créées à Broadway. Les plus connues sont ETE ET FUMEES (1948), LA ROSE TATOUEE (1950), CAMINO REAL (1953), LA CHATTE SUR UN TOIT BRULANT (1955), LA DESCENTE D'ORPHEE (1957), SOUDAIN L'ETE DERNIER (1958), DOUX OISEAU DE LA JEUNESSE (1959), LA NUIT DE L'IGUANE (1961). La plupart ont été jouées en France où le théâtre de Tennessee Williams est apprécié. C'est Jean Cocteau qui adapta UN TRAMWAY NOMME DESIR, et Françoise Sagan DOUX OISEAU DE JEUNESSE.

Au cinéma, les plus grands réalisateurs de sa génération, de Joseph Mankiewicz à John Huston, signèrent les adaptations. Tout le théâtre de Tennessee Williams, où l'on voit l'influence de Faulkner et de D.H. Lawrence, est traversé par des inadaptés, des marginaux, des perdants, des désemparés, auxquels va tout son intérêt, comme il l'explique dans ses MEMOIRES, parues en France en 1978. À travers tous ces personnages, dans un mélange de réalisme et de rêve, dans le désastre ou la fantaisie, il mène une remarquable analyse de la solitude, qui fut la constante de sa vie. Tennessee Williams a remporté le prix Pulitzer pour UN TRAMWAY NOMME DESIR en 1948 et pour LA CHATTE SUR UN TOIT BRULANT en 1955.

Théâtre (entre autres) :
LA MENAGERIE DE VERRE,
SOUDAIN L'ETE DERNIER,
UN TRAMWAY NOMME DESIR,
ETE ET FUMEE,
LA ROSE TATOUEE,
CAMINO REAL,
LA CHATTE SUR UN TOIT BRULANT,
LA NUIT DE L'IGUANE,
DOUX OISEAUX DE JEUNESSE ,
LA DESCENTE D'ORPHEE.

 


ADAPTATION
     
 
 
 

PIERRE LAVILLE

Après des études supérieures, un doctorat de Droit (Économie), un diplôme de Sciences Politiques, il enseigne à l'Université et effectue des missions internationales.
Ultérieurement, il collabore aux travaux du CNRS et enseigne l'histoire du théâtre et le théâtre contemporain à l'Université (Nanterre, Vincennes)
Jean-Marie Serreau le fait débuter au théâtre.
Il est pendant dix ans co-directeur du Théâtre des Amandiers à Nanterre, puis directeur du Théâtre le Palace - Centre national de création contemporaine, et conseiller artistique du Théâtre national de Marseille. Il poursuit une activité de producteur indépendant, avec Lars Schmidt notamment.
Il participe à plusieurs travaux de mise en scène, en collaboration avec Jean-Marie Serreau (spectacles Brecht, Claudel, Aimé Césaire, Kateb Yacine), puis avec Pierre Debauche et Antoine Vitez (spectacles Boulgakov, Sophocle/Ritsos, Gatti, Audureau), collabore longuement avec Marcel Maréchal, produit les premières pièces de Valère Novarina et de Pierre Guyotat.
Il fonde et dirige "Acteurs", revue mensuelle de théâtre, de 1982 à 1992 (10 numéros par an, 100 numéros), la collection d'ouvrages "L'Année du théâtre" de 1992 à 1997 et le magazine "Théâtres" en 2001-2002. Il produit des émissions à la télévision "Plaisir du théâtre" pour Antenne 2 et "Tous en scène" pour FR3 (5 ans, 55 émissions de 55 minutes).
Auteur dramatique, il écrit des pièces jouées au Théâtre national de Strasbourg ("Les Ressources naturelles"), à la Comédie-Française ("La Célestine"), au Théâtre national de l'Odéon ("Du Côté des îles" et "Retours"), au Théâtre national de Chaillot ("Le Fleuve rouge"), au Théâtre Gérard Philippe de Saint-Denis ("Tempête sur le pays d'Egypte"), au Daunou ("La Source bleue "), au Théâtre national de Marseille ("Le Voyage à Bôle"), au Théâtre de la Madeleine ("Étoiles ") et aujourd'hui « Le Bonheur » (inédit).
Il est l'adaptateur et l'auteur des textes français de pièces de David Mamet (neuf pièces), Sam Shepard, Edouard Albee (cinq pièces), Tennessee Williams, Tony Kushner, Neil LaBute... dont, récemment, "American Buffalo", "Giengarry Glen Ross", «Edmond», «Oleanna», «Romance», "Qui a peur de Virginia Woolf", 'Master Class" avec Fanny Ardant, «Bash», «Angels in America» et "Homebody Kaboul" pour la Comédie-Française. Après "La Chatte sur un toit brûlant"il écrit la version scénique de "Baby Doll",
Dans la mise à jour d'un répertoire de la fin du XlXème siècle, il porte à la scène le roman de Maupassant « Bel Ami » et propose "Madame Sans-Gêne" de Victorien Sardou au Théâtre Antoine. Il a écrit les nouvelles versions d'une trilogie de comédies d'Oscar Wilde, composée de "Un Mari idéal" pendant trois saisons au Théâtre Antoine (3 Molières, 10 nominations), de "L'Eventail de Lady Windermere" au Palais-Royal, et de "L'importance d'être Constant », qui vient de triompher deux saisons consécutives à Paris et en tournée. Il vient de mettre en scène «Chat en poche» de Georges Feydeau.
En préparation, la nouvelle pièce d'Edward Albee et «Constance» d'après Somerset Maugham

 
MISE EN SCÈNE
     
 
 
 

BENOÎT LAVIGNE

Il a mis en scène «ADULTERES» de Woody Allen au Théâtre de l'Atelier, avec la Compagnie des Saltimbanques , en résidence au Théâtre d'Agen, il met en scène au Théâtre 13 «Roméo et Juliette» de Shakespeare et «Beaucoup de Bruit pour Rien», nomination aux Molières 2003, «Les Milles Pattes» de Jean-Christophe Barc au Théâtre Daunou, «Doit-on le dire» de Labiche au Lucernaire, «Quartett» de Heiner Müller au Théâtre du Ranelagh, «La Salle N°6» de Tchekov et «La Jalousie du Barbouillé» de Molière au Lucernaire, «Le Concile d'Amour» de Panizza et «La Journée des Dupes» de Philippe Haim au festival d'Avignon. Il a travaillé entres autres avec Denis Lavant, Jean Philippe Écoffey, Yann Collette, Geneviève Casile, Pierre Cassignard, et pour la 8ème fois avec Xavier Gallais

 
SUR SCÈNE
     
MELANIE THIERRY
 
 

MELANIE THIERRY

Au théâtre on a pu la voir dans LE VIEUX JUIF BLONDE de Amanda Sthers, mise en scène de Jacques Weber au Théâtre des Mathurins, nomination aux Molières 2007 - révélation théâtrale. Dernièrement au cinéma, elle a tourné dans LARGO WINCH de Jérôme Salle, JE VAIS TE MANQUER de Amanda Sthers, LE DERNIER POUR LA ROUTE de Philippe Godeau, BABYLON AD de Mathieu Kassovitz, CHRYSALYS de Julien Leclercq, THE HALF LIFE OF TIMOTHY BEREZIN de Scott Z. Burns, Pardonnez moi de Maiwenn le Besco.

     
XAVIER GALLAIS
 
 

XAVIER GALLAIS

Au théâtre on a pu le voir dernièrement dans «ORDET» de Kaj Munk mise en scène Arthur Nauziciel au cloître des Carmes à Avignon, «DU CRISTAL A LA FUMEE» de Jacques Attali mise en scène Daniel Mesguich au Théâtre du Rond Point, ADULTERES de Woody Allen, mise en scène de Benoit Lavigne au Théâtre de L'Atelier, Prix Raimu - meilleur comédien dans une comédie, LES GRECS de Jean-Marie Besset, mise en scène de Gilbert Desveaux au Théâtre du Petit Montparnasse, BEAUCOUP DE BRUIT POUR RIEN de Shakespeare, mise en scène de Benoit Lavigne au Théâtre 13, CYRANO DE BERGERAC de Edmond Rostang, mise en scène de Jacques Weber au Théâtre Antoine, ROBERTO ZUCCO de Bernard-Marie koltes, mise en scène de Philippe Calvario aux Bouffes du Nord, Molière 2004 de la révélation théâtrale. Au cinéma, on a pu le voir dernièrement dans MUSEE HAUT, MUSEE BAS de Jean-Michel Ribes, DEUX JOURS A TUER de Jean Becker. Enfin à la télévision, on a pu le découvrir dans RUY BLAS de Victor Hugo, mise en scène de Jacques Weber et dans «SUR LE FIL» de Frederic Berthe sur France 2.