Extraits de presse
  Conditions techniques
Affiche Marie-Antoinette
 
DISTRIBUTION
PARISIENNE


Texte :
d'Evelyne Lever

Mise en Lecture :
de Sally Micaleff


Lecture :
par Marianne Basler


Illustration Sonore :
Kidedo



Production :
Théâtre de la Madeleine
& Festival
de la Correspondance
de Grignan


 

Marie-Antoinette 
Correspondance 1770-1793


Texte d'Evelyne LEVER


NOTE D'INTENTION

J'ai découvert la vie de Marie-Antoinette à travers le récit que Stefan Zweig en a fait.
Il nous a permis d'approcher cette femme de manière plus sensible et d'appréhender son époque qu'on ne peut s'empêcher de mettre en perspective avec «Le monde d'hier» où Stefan ZWEIG décrit l'inexorable déclin de L'Allemagne des années 30.

C'est aussi ce qui, dans ces lettres et dans les admirables écrits d'Evelyne Lever, me passionne : la description de la fin d'un monde, l'ébranlement des certitudes de chacun, ces alternances d'espoir et d'abattement qui sont aussi les nôtres aujourd'hui et forment des courbes devenues familières

Même si sa nature l'entraîne davantage aux réjouissances, Marie-Antoinette a été élevée pour régner, pour consolider l'alliance de son pays avec la France. Elle ne retiendra des nombreux enseignements qui lui sont prodigués qu'un sentiment absolu de sa légitimité.

Marie-Antoinette débarque à 14 ans de son Autriche natale, à la Cour de France considérée à l'époque comme la plus sophistiquée et la plus dépravée d'Europe et s'y brûlera les ailes, par solitude et manque d'amour et à cause de son extrême jeunesse sûrement. C'est elle qui trouvera l'énergie qui fait tant défaut à Louis XVI pour défendre la royauté et peut-être en précipiter la fin.... Il me semble néanmoins, quelques siècles plus tard, que dans ce pays-ci, la Cour de France n'est jamais bien loin...

Malgré le peu de sympathie que j'éprouve pour la légèreté de Marie -Antoinette, son indifférence à la misère du peuple et son inconséquence, le destin tragique de cette reine continue de me fasciner. Et de la lecture de ses lettres, je retiendrai ces mots de Marie-Antoinette à propos de FERSEN : «Je me trouve si heureuse que mon bonheur m'inquiète. Si quelque évènement doit le détruire, je supplie le ciel que ce soit ma mort. J'emporterai dans le tombeau la douce certitude d'être aimée»

Marianne BASLER


 


AUTEUR
     
 
 
 

Evelyne LEVER

Cette historienne s'est surtout fait connaître par les ouvrages qu'elle a consacrés au
XVIII ème siècle français: biographies, essais, et éditions de textes.
Elle a notamment publié :
1985 - LOUIS XVI, Editions Fayard
1988 - LOUIS XVIII, Editions Fayard - Ouvrage couronné par l'Académie Française.
1991 - MARIE-ANTOINETTE, Editions Fayard
1996 - PHILIPPE EGALITE, Editions Fayard
2000 - MADAME DE POMPADOUR (Perrin).
Prix du Nouveau Cercle. Prix "Clio" de la ville de Senlis
2000 - MARIE-ANTOINETTE, THE LAST QUEEN OF FRANCE, Farrar, Straus and Giroux, NY
2002 - MARIE-ANTOINETTE, JOURNAL D'UNE REINE, Editions Robert Laffont
2004 - L'AFFAIRE DU COLLIER Editions Fayard
2005 - CORRESPONDANCE DE MARIE-ANTOINETTE (1770-1793), Tallandier 2005 Prix Sévigné 2006
2006 - C'ETAIT MARIE-ANTOINETTE, Editions Fayard

Ses ouvrages sont traduits en Europe, en Russie, au Japon, et aux Etats-Unis. Sofia Coppola a découvert Marie-Antoinette en lisant « MARIE-ANTOINETTE, THE LAST QUEEN OF FRANCE ». Evelyne Lever a été son consultant pour son film. La biographie de Madame de Pompadour a inspiré le feuilleton projeté en novembre 2006 sur France2. Evelyne Lever participe à de nombreuses émissions de radio et de télévision aussi bien en France qu'à l'étranger. Elle collabore depuis plus de dix ans à "Madame Figaro" pour la critique des livres d'histoire.


 
MISE EN LECTURE
     
 
 
 

Sally MICALEFF

Elle fonde avec Philippe Peyran Lacroix sa compagnie qui a pour but de défendre des auteurs contemporains inédits en France et en parallèle de son métier de comédienne, devient adaptatrice, auteur et metteur en scène. Au sein de cette compagnie subventionnée, elle jouera et mettra en scène de nombreux spectacles.

Avec « La Vie privée d'Adam et Eve », créée en Région et présentée au Studio Théâtre de La Comédie Française, elle est sélectionnée pour "Les Iles Flottantes" à la Cartoucherie de Vincennes, Festival qui révèle le travail de dix metteurs en scène femmes. Elle met en scène la comique Claire Gérard dans « Blonde mais pas trop » qui remporte de nombreux prix de festivals d'humour. Elle écrit et met en scène, « Sand & Manceau, Le Dernier amour », avec Marie-José Nat. Elle met en scène Catherine Frot dans « Les Lettres de la religieuse portuguaise » et Fanny Cottençon dans « Fragments d'elle(s ) ». Pour le Festival de la Correspondance de Grignan elle dirige Bérénice Bejo dans « Un Eté à Lesmona », Marianne Basler dans « Marie-Antoinette » et dernièrement Cécile Cassel dans « Marie Bashkirsteff ».
Elle a adapté, entres autres, « Cannibal » de R. Crowe et R. Zajdlic qu'elle a mis en scène dans le public, « Les Désirs sauvages de mon mari m'ont presque rendue folle » de J. Tobias, mis en scène par E. Civanyan au théâtre de la Michodière, « Manucure à la tronçonneuse » de T. Kett, mis en scène par P. Peyran Lacroix à La Comédie de Paris, « Retour au bercail » de D. Foley, mis en scène par D. Goldby, au Poche de Bruxelles. Scénariste, formée à la FEMIS, elle a collaboré avec plusieurs sociétés de productions et réalisateurs de long-métrages, le dernier étant Comme les autres de V. Garenq avec Lambert Wilson. Lauréate du prix Charles Spaak pour son scénario Fides Sola, elle a été sélectionnée pour Regards Croisés, (présidé par Stephen Frears) avec son scénario Hamsa ! Hamsa ! qui est produit par La Mouche du Coche Films pour un tournage courant 2009.

 
SUR SCÈNE
     
Marianne BASLER
 
 

Marianne BASLER

Nominée aux Molières "Révélation Théâtrale" pour le de Chimène dans "Le Cid", 1988 (Mise en scène de Gérard Desarthe),
Prix de la Critique de la Meilleure Comédienne pour "Le Misanthrope", 1999.
Nominée aux Molière "Meilleure Comédienne" pour "Trahisons", 2000.


Elle a joué au théâtre sous la direction de nombreux metteurs en scène comme, George Werler, Gérard Desarthe, Marcel Maréchal, Pierre Pradinas, Jacques Lassalle, Antonio Arena, Michel Fagadau. Et tout dernièrement sous celle de JL Martinelli dans "Détails" de Lars Noren aux Amandiers de Nanterre. Nominée au César du "Meilleur Jeune Espoir Féminin" pour "Rosa la rose", 1987. Prix Suzanne BIANCHETTI 1988.
Elle a tourné de nombreux long-métrages français: LES NOCES BARBARES, LA SOULE, LES DAMES GALANTES, OUTREMER, FARINELLI, MARQUISE, LE VOYAGE EN SUISSE, VA SAVOIR (de Rivette, compétition officielle Cannes 2000).
Mais aussi
étrangers : BLANC D'EBENE, A SOLDIER'S TALES (avec Gabriel Byrne), ELINE VERE (avec Michael York).

A la télévision elle a tourné, entre autres, avec M. Simemon, Paul Vecchiali, J.L. Bunuel, G. Frydman, B. Gantillon, L. Heynemann, D. Vigne, J. Otmezguine, J. Dray, G; Mordillat, H. Cleven, Goretta, Jacques Deray ...

Depuis quelques années elle est passé à la réalisation avec deux courts-métrages COMEDIE D'UN SOIR et PEUT-ETRE SI J'AI ENVIE et vient de coréaliser avec JP Puymartin un 80mm MR X.