Retour à la pièce
  Extraits de presse
  Fiche technique
Nono
Nono
extraits de presse  
     
  Le Figaro  
 


Julie Depardieu, primesautière Nono

Un poète sans inspiration Robert Chapelle (Michel Fau), la quarantaine, a pour meilleur ami un fils de famille de 25 ans, Jacques Vallois (Xavier Gallais), qui aime la boxe et les jolies filles. Un soir, il dîne avec lui et sa dernière conquête, jeune femme légère qui se nomme Antoinette Berger, Nono pour les intimes (Julie Depardieu).
Elle prend la vie avec la candeur d'une âme simple que la «noce», comme elle le dit, éblouit. Robert (Michel Fau), fatigué d'une maîtresse de son âge pour qui il a pourtant une vraie tendresse, Madame Weiss (Brigitte Catillon), que tout le monde considère comme sa femme, se laisse griser par la primesautière Nono tandis que son jeune ami est envoyé illico presto à Edimbourg par son père, las de payer des notes pour les fantaisies de son fiston ...

Dans sa villégiature normande, le couple Robert-Nono vit dans la félicité ... Mais Madame Weiss découvre le nid d'amour et Jacques rentre d'exil ... Que faire ?

Ajoutons Jules, serveur puis valet de chambre (Roland Menou), Émile, le serviteur du père (Davy Vetter), et une bonne au grand c½ur, Maria (Sissi Duparc]. Que se passera-t-il ? C'est le très faible suspense d'une comédie mince comme le Sacha de pas même 20 ans qui la composa en quelques heures ... Première pièce, premier succès pour celui qui n'était alors que le fils de Lucien Guitry.
La pièce connut de nombreuses reprises mais Sacha Guitry n'en fit jamais un film, aussi était-elle un peu oubliée.

Michel Fau la ravive en allant peut-être un peu loin chercher ses références: Nana peut-être, Lulu sans doute pas, que cette jolie Nono. C'est un théâtre désinvolte, d'abord destiné à séduire, à distraire. Chacun s'y emploie sur ce plateau dans un double décor de Bernard Fau et des costumes de David Belugou.
Le metteur en scène hésite entre plusieurs partis : le burlesque, le rythme des films muets, les petits pas serrés des darnes, tout cela n'est rien. Ce qui compte, c'est la vive férocité du jeune Guitry.
La distribution est de grande qualité. Les trois domestiques sont parfaits, Brigitte Catillon, superbe est une Madame Weiss aussi grandiose que ridicule, Xavier Gallais donne une épaisseur formidable à Jacques, il invente et exagère sans gêner les autres. Michel Fau compose avec retenue jusqu'aux noirceurs à la Wedekind.

Mais l'étoile, ici, c'est Nono. La délicieuse, mutine, coquine Nono de Julie Depardieu, qu'elle soit gouailleuse et intéressée ou inspirée et déclamant des vers, donne du piment au spectacle.

Armelle Héliot


LE FIGARO - LUNDI 27 SEPTEMBRE 2010



 
     
     
  Telerama Sortir  
 


NONO
de Sacha Guitry, mise en scène de Michel Fau.

Un régal. Tout est intelligent et délicieusement théâtral dans cette mise en scène, par Michel Fau, de la première pièce de Sacha Guitry (1905). Une "cocotte" (Julie Depardieu, légère, facétieuse, à peine incarnée, excellente) rend fous les hommes. Entretenue par son amant (Xavier Gallais, sémillant et remarquable), elle le trahit pour son meilleur ami (Michel Fau, drôle, narcissique), lui-même entretenu par une bourgeoise déjà mûre (très bonne Brigitte Catillon). Les acteurs jouent au second degré, avec un regard légèrement moqueur sur leur personnage, dans un décor (Bernard Fau) qui ressemble à un livre d'images en relief pour enfants. Dans la pièce de Guitry, l'interrogation sur "l'éternel féminin" insaisissable est au centre et sa misogynie n'y est pas déguisée. Une misogynie poussée ici jusqu'à la dérision. La pièce fait entendre autre chose : la peur des femmes, le narcissisme masculin, l'amitié entre hommes.
Mais tout ceci avec subtilité, légèreté, brillant.


TELERAMA SORTIR - MERCREDI 29 SEPTEMBRE 2010