Extraits de presse
  Conditions techniques
Voyage au bout de la nuit
Voyage au bout de la nuit
 
DISTRIBUTION
PARISIENNE

Auteur :
Louis-Ferdinand Céline

Mise en scène :
Françoise Petit

Avec :
Jean-François Balmer

Adaptation :
Nicolas Massadau

Images :
Tristan Sebenne

Lumières :
Nathalie Brun

Son :
Thibault Hédoin

Production Les Gémeaux
Sceaux / Scène Nationale
& le Théâtre de l'Œuvre


 

d'après l'œuvre de Louis-Ferdinand Céline

éditions Gallimard 1952

Adaptation Nicolas Massadau




NOTE D'INTENTION

"Retourner dans la Nuit, c'était ma grande préférence". Toutes les nuits, celle de la guerre à Noirceur sur la Lys, celle de l'Afrique, "emplâtre noir et fondu que je guignais avec envie", les ténèbres des rues à New York, les brumes enfumées de la banlieue. « Du jus de fumée qui trempe la plaine »

Aux différentes étapes du voyage, Bardamu tourne toujours son regard vers le ciel, lourd de masses nuageuses menaçantes, reflet de ses peurs profondes.
Il faut apprendre à marcher dans le noir, d'abord à tâtons, et puis avancer coûte que coûte. « On s'enfonce, on s'épouvante d'abord dans la nuit, mais on veut comprendre quand même et alors on ne quitte plus les profondeurs ».

Dans ce combat qu'est vivre, les sombres horizons aux épaisseurs surajoutées composent l'atmosphère de sa route. Quelques lueurs, quelques furtifs éclairs, quelques splendeurs qui retombent vite en lambeaux comme autant d'espoirs déçus. La lumière n'est ici que le faire-valoir de l'ombre.
Bardamu s'enfonce avec délectation dans la Nuit, sa quête est la voie menant au bout... Cette fin qu'il lui faudra bien atteindre ou jamais...alors il saura ce qu'il était venu chercher dans l'aventure.

« Tu finiras par le trouver le truc qui leur fait si peur à eux tous et qui doit être au bout de la nuit. C'est pour ça qu'ils n'y vont pas eux au bout de la nuit. »
C'est cette nuit-là, palpable, enveloppante, celle qui prend tout, et sépare des gens du jour, celle que je veux faire exister sur le plateau avec ces ciels toujours en mouvance, qui s'évanouissent et se recomposent au fil du texte et de l'action. Les ciels qui nous racontent l'implacable solitude du voyage.

« La vie, c'est ça, un bout de lumière qui finit dans la nuit »

Françoise Petit

 
 
AUTEUR
     

Louis-Ferdinand Céline

  Louis-Ferdinand Céline (1894- 1961)

1894

Naissance le 27 Mai à Courbevoie de Louis-Ferdinand, fils de Marie, Marguerite, Céline Guillou et de Fernand Destouches
1904 Ses parents reprennent un boutique de dentellerie au passage Choiseul. Il passe son enfance dans les quartiers populaires de Paris
1905 - 11 Durant sa scolarité et afin de favoriser la maîtrise des langues étrangères Louis-Ferdinand effectue des séjours en Allemagne et en Grande-Bretagne
1912 Il s'engage pour trois ans dans la cavalerie
1914 - 15 Il a vingt ans quand la guerre éclate . Il est blessé près d'Ypres, puis affecté au consulat général de France à Londres à la suite de sa convalescence.
1915 Il est démobilisé en septembre
1916 - 17 Séjourne au Cameroun, il travaille pour la compagnie forestière Sangha-Oubangui
1918 Devient conférencier à la mission Rockfeller
1919 - 23 Passe son baccalauréat puis entreprend avec succès des études de médecine.
Il épouse Edith Follet
1924 - 25 Il dirige une mission médicale au titre de la SDN en Amérique du Nord et en Europe
1926 Mission en Afrique, il divorce. Il rencontre Elizabeth Craig, une Américaine avec laquelle il aura une liaison jusqu'en 1933.
1928 Ouvre un cabinet à Clichy
1932 Publication de son premier roman : Voyage au bout de la nuit. Louis-Ferdinand Destouches prend comme pseudonyme Céline : le prénom de sa mère.
Ce livre est dédié à Elizabeth Craig.
1933 - 35 Il poursuit son activité médicale
1936 Publication de Mort à Crédit
1937 - 38 Publication de Bagatelles pour un massacre et de l'Ecole des Cadavres. Pamphlets antisémites injurieux qui valent à Celine et à son éditeur une condamnation pour diffamation
1941 Publication de Beaux Draps, un pamphlet évoquant la défaite et l'exode
1942 Publications de Guignol's Band 1 et 2.
1944 En novembre il se réfugie à Sigmaringen
1946 - 47 Est incarcéré à Copenhague de 1945 à 1947. Il entretient une longue correspondance avec Lucie Almansor, sa troisième femme
1947 - 48 Vit à Copenhague en résidence surveillée
1950 Est condamné à l'indignité nationale et à la confiscation de ses biens
1951 Amnistié le 26 Avril, il s'installe à Meudon
1957 Publication D'un Château L'autre
1960 Publication de Nord
1961 Décès de Céline
1962 Il entre dans La Pléiade sous la forme d'un volume rassemblant ses deux premiers romans
1969 Publication posthume de Rigodon

 
MISE EN SCÈNE
     
Françoise Petit


 

 

Françoise Petit

Après l'obtention d'une Maîtrise de Théâtre, elle devient l'assistante de Pierre Debauche au Théâtre des Amandiers de Nanterre. Elle fait ensuite équipe avec Stéphane Lissner au Théâtre Mécanique, avec Caroline Huppert et Michel Fagadau au théâtre de la Gaîté Montparnasse, puis en 1979 avec Jacques Weber, nommé directeur du Centre Dramatique National de Lyon.
Elle entame dès 1980 sa carrière de metteur en scène avec des pièces comme

Le Mariage de Figaro de Beaumarchais,
Les Trente millions de Gladiator d'Eugène Labiche,
Une journée particulière d'Ettore Scola,
Samedi, dimanche et lundi d'Eduardo de Filippo et
La Servante maîtresse de Pergolèse.
Au terme d'un contrat de six ans avec le CDN de Lyon, Françoise Petit est invitée à réaliser des mises en scène dans différents théâtres :
Le Maître du quartier Sanita d'Eduardo de Filippo au Théâtre National KNS (Anvers),
Le Misanthrope de Molière au Théâtre des Célestins (Lyon) puis au Festival d'Angers,
les Enchaînés d'Eugène O'Neill...


Elle a dirigé également plusieurs théâtres ou manifestations, dont le Festival de Sète ou le Théâtre de Soissons. Elle se consacre aujourd'hui essentiellement à la mise en scène.


SUR SCÈNE
     
Jean-François Balmer
  Jean-François Balmer

Jean-François Balmer est né en 1946 en Suisse. Après des études commerciales, il entre au Conservatoire d'Art Dramatique de Paris aux côtés de Daniel Mesguich et Jacques Weber. Il décroche son premier rôle sous la houlette d'Yves Boisset dans le film R.A.S., et commence une longue carrière au cinéma, au théâtre et à la télévision.

Au théâtre, il joue entre autres
Pour un oui pour un non de Nathalie Sarraute mis en scène par Simone Benmussa en 1986
Cher menteur de Jérôme Kilty mis en scène par Isabelle Ratier en 1992
Mon maître soixante-trois de Pierre Dac mise en scène par Jérôme Savary en 1994
Une nuit au Moyen Age de et mis en scène par Michel Pascal en 1997
Novecento d'Alessandro Baricco mise en scène par Frank Cassenti en 2001
Onysos le furieux de Laurent Gaudé (lecture) en 2001
Débats 1974-1981 mise en scène par Jean-Marie Duprez en 2008
et Henri IV, le bien aimé de et mis en scène par Daniel Colas en 2010.

Il travaille à plusieurs reprises avec Jacques Weber dans
Les Fourberies de Scapin de Molière (1973),
Le Neveu de Rameau de Diderot (1976),
La Mégère apprivoisée de Shakespeare (1979) et
Mystification d'après plusieurs œuvres de Diderot (1992)
Roger Planchon dans Petite illustration (1975) et
A.A. Théâtre d'Arthur Amadov (1976)
Françoise Petit dans Le Mariage de Figaro de Beaumarchais (1980),
le Misanthrope de Molière (1986), Une nuit de Casanova de Franco Cuomo (1990), Le Faiseur de Balzac (1997), Baudelaire dit par Balmer (textes de Mon cœur mis à nu de Baudelaire 2003-2004) et le Talisman Balzac-Beethoven adapté par Françoise Petit (2007).


Au cinéma, il joue entre autres dans

Peur sur la ville d'Henri Verneuil en 1975
Les Naufragés de l'île de la Tortue de Jacques Rozier en 1976
La Menace d'Alain Corneau en 1977
L'Adolescente de Jeanne Moreau et
Flic ou voyou de Georges Lautner en 1979
Une Etrange Affaire de Pierre Granier- Deferre en 1981
L'Africain de Philippe de Broca en 1983
Un Amour de Swann de Volker Schlöndorff en 1984
Golden Eighties de Chantal Akerman en 1986
La Révolution française de Robert Enrico et Richard T.Heffron en 1989
Diên Biên Phu de Pierre Schoendoerffer et
Sam suffit de Virginie Thévenet en 1992
Beaumarchais l'insolent d'Edouard Molinaro en 1996
Le Temps retrouvé de Raoul Ruiz et
La Dilettante de Pascal Thomas en 1999
T'aime de Patrick Sébastien et
Saint-Cyr de Patricia Mazuy en 2000
Charmant garçon de Patrick Chesnais et
Belphégor, le fantôme du Louvre de Jean-Paul Salomé en 2001
Ce jour-là de Raoul Ruiz et
Ripoux 3 de Claude Zidi en 2003
Un printemps à Paris de Jacques Bral,
Le Grand Appartement de Pascal Thomas et
Lucifer et moi de Jean-Jacques Grand-Jouan en 2006
Tokyo ! de Léos Carax
Lucky Luke de James Huth en 2009 et
Mumu de Joël Séria en 2010.

Avec Claude Chabrol, il joue dans
Le Sang des autres en 1984,
Madame Bovary en 1991,
Rien ne va plus en 1997 et
L'Ivresse du pouvoir en 2006.