Image Pièces Fauteuils de théâtre
   
 
   
   
Affiche pièce Gros Calin
  GROS-CÂLIN
 
  Distribution parisienne
 
 
Auteur :
Adaptation :
Mise en scène :
Romain Gary
Thierry Fortineau
Bérangère Bonvoisin
Avec : Jean-Quentin Châtelain
Lumières :
Scénographie :
Ricardo Aronovich
Arnaud de Segonzac
   
   
  Production : Théâtre de l'Œuvre
 
Période de tournée : Janvier - Février 2015


  AUTEUR : Romain Gary
 

Notes avant les répétitions
Gros Câlin est le premier livre de Gary écrit sous le nom d'Ajar et ce qui est bouleversant, c'est l'énergie extraordinaire que Gary a déployée pour accomplir cette métamorphose. C'est-à-dire pour changer de style d'écriture. J'ai envie que notre spectacle ne raconte pas seulement l'histoire d'un monsieur qui cherche « quelqu'un à aimer » et qui vit avec son python, mais que ce soit l'écrivain Gary qui fasse sa mue sous nos yeux en inventant de façon assez folle, il faut bien le dire, cette façon de penser et de parler, en même temps comique et désespérée.

Les premier mots sont essentiels: "Je vais entrer ici dans le vif du sujet..." Puis, quelques lignes plus bas, l'assistant au Jardin d'Acclimatation dit au narrateur, M. Cousin, que dans son traité sur les pythons il devrait évoquer Pierre Brossolette et Jean Moulin, puisque ces deux hommes de la Résistance n'ont rien à faire dans un ouvrage zoologique... Ce début formidable nous fait entrer immédiatement dans le labyrinthe. Thierry Fortineau l'a laissé tel quel dans son adaptation et il a eu raison. En plus, Gary/Ajar appelle son narrateur Cousin... C'est un très beau mot car il a tous les sens. Ce n'est pas un frère, ce n'est pas un double, c'est peut-être personne. Un "pseudo- pseudo" comme il l'écrit lui-même.

Je ne pouvais pas avoir un décor qui ne raconte qu'un appartement réaliste. Il me fallait un espace plus silencieux, plus calme, plus métaphysique, pas forcément abstrait mais épuré et qui laisse cette parole inventée se déployer. J'ai pensé assez vite à l'effet que provoquent sur moi certains tableaux du peintre Gilles Aillaud, tableaux sur la perception du réel et aussi sur le thème du caméléon. A partir de là, le scénographe Arnaud de Segonzac m'a fait une proposition qui me plaît parce que quand on regarde l'espace, on ne sait pas si c'est un deux-pièces, la salle de bain de l'appartement, un zoo, une piscine, une cage de scène et si on est dedans ou dehors. C'est un lieu pour un secret, la parole et le corps de l'acteur.
Pour la lumière, j'ai demandé Ricardo Aronovich, qui est un grand chef opérateur de cinéma, un poète. Il comprend de l'intérieur le voyage de Gary, cette frontière entre le réel et la fiction. Quand nous avons parlé de ce projet, il a cité des phrases de Borges et a évoqué un film expressionniste allemand de 1920, Le Cabinet du Docteur Caligari. Ce qu'il me propose pour la lumière, qui est un décor aussi, s'y rapporte et devrait provoquer un trouble sur ce qui est imaginé ou réel.
On a choisi d'essayer une lumière assez radicale, comme il y en a dans certains zoos, d'ailleurs, où les animaux viennent se chauffer sous les lampes. Au fond, quoi que fasse l'acteur, il sera toujours cet animal qui décide d'aller dans la lumière ou dans l'ombre, d'être caché ou visible. Romain Gary dit avoir été influencé par Borges, Pirandello, Kafka.

Et je retrouve ces univers où on se perd dans des dédales cauchemardesques et tragi- comiques. Dans plusieurs interviews il parle de l'humour du désespoir, cite aussi W. C. Fields ... Gros-Câlin est une fable humoristique ; Romain Gary, lui, s'est suicidé. Il existe deux fins différentes à Gros Câlin, le dernier chapitre a été coupé. Dans Vie & Mort d'Émile Ajar, Gary dit qu'on peut connaître la fin initiale mais qu'il ne faut pas l'utiliser, qu' il faut laisser le roman tel quel.
Dans ce dernier chapitre, comme dans son autre livre, Pseudo, il est question d'hôpital psychiatrique. Mais M. Cousin ne se suicide pas et l'acteur n'a pas à raconter la mort de l'auteur. En revanche, si cet espace et cette lumière font par moments penser aussi à un hôpital psychiatrique, pourquoi pas ? Tant mieux !
L'acteur ici pour moi est un animal dans un zoo, et la cage de scène du théâtre est la cage du zoo. Puisque tout se passe dans la tête non seulement de Gary mais de M. Cousin, tout est possible. Que Cousin se mette à manger des souris vivantes, que le python soit passé par les toilettes pour entrer dans le sexe de la femme de l'appartement du dessus. Car c'est aussi un livre "pornographique" qu'Ajar s'amuse à écrire. Ajar se moque, il cite aussi bien Charles Trenet que Dostoïevski ou Queneau, il fait référence à quantité de choses disparates, qu'il fond pour les distinguer et où il glisse son humanisme et sa haine du racisme.
Jean-Quentin est un acteur extraordinaire, et il n'y a rien de plus insupportable au théâtre que le terme « diriger ». Ici il y a un texte et un acteur. Ce dont l'acteur a besoin, c'est d'un oeil extérieur.
Il n'y aura pas que la douceur à la Sempé du personnage de M. Cousin ou son innocence ou sa détresse. Jean-Quentin amène son propre univers, les répétitions servent aux essais, aux choix, on ne sait pas tout à l'avance - heureusement !
J'ai appris que parfois Gary dictait ses textes, c'est une des pistes : plus un soliloque qu'un monologue, peut-être.

Gary a écrit son roman comme s'il était lui-même le python se mouvant de façon sinueuse, se mettant en boule, s'enroulant sur lui-même, faisant des nœuds ... La question première, elle, restant la même: A qui ça s'adresse ? Pour moi, le python c'est Jean-Quentin.

Bérangère Bonvoisin

 
VIDÉO
   
 
   
   
  PRESSE
 
 
LE FIGARO
 
Le Point
   
Télérama
  LIBERATION
 
   
   
 
  AUTEUR
 
   
 
Romain Gary (Emile Ajar) AuteurRomain Gary (Emile Ajar)

en quelques dates



1914
  Naissance de Roman Kacew le 8 mai à Vilnius en Lituanie. Il est élevé par sa mère à Sweciany puis à Varsovie et ne connaîtra jamais son père
1927
1936
1938

  Arrive en France, études au lycée de Nice.
Suit des études de droit à Paris.
Naturalisé français, il est incorporé dans l'aviation. 1940 Il rejoint la France libre où il sert dans les Forces aériennes françaises libres. C'est durant cette période que Romain Kacew choisit le nom de guerre de Gary (signifiant « brûle ! » en russe), qui deviendra son pseudonyme. Il termine la guerre comme capitaine de réserve et est nommé Compagnon de la Libération.
1945
  Il entame une carrière fulgurante dans la diplomatie. À ce titre, il séjourne en Bulgarie, en Suisse, en Bolivie, à New-York.
1956
1957-61
1975
1980
  Obtient le Prix Goncourt pour LES RACINES DU CIEL.
Réside en qualité de Consul Général de France à Los Angeles.
LA VIE DEVANT SOI d'Emile Ajar reçoit le Prix Goncourt.
Se donne la mort le 2 décembre à Paris.
     

Après sa disparition, on apprit que, sous le pseudonyme d'Émile Ajar, il était également l'auteur de quatre romans dont la paternité avait été attribuée à un proche parent, Paul Pavlovitch, lequel avait assuré le rôle d'Ajar auprès de la presse et de l'opinion publique.
Ajoutons qu'Ajar et Gary ne furent pas ses seuls pseudonymes, puisqu'il est aussi l'auteur d'un polar politique sous le nom de Shatan Bogat et d'une allégorie satirique signée Fosco Sinibaldi. Romain Gary est ainsi le seul écrivain à avoir jamais été récompensé deux fois par le Prix Goncourt, la première fois sous son pseudonyme courant et la seconde fois sous le pseudonyme d'Émile Ajar.
Romain Gary a également écrit et réalisé deux films : Les oiseaux vont mourir au Pérou
et Kill.

   
 
  MISE EN SCÈNE
 
   
 
Bérangère Bonvoisin Mise en scène

Bérangère Bonvoisin

Mises en scène
C'EST POURQUOI LE TEMPS PRESSE de W.C. Williams et P. Clévenot - Maison de la Poésie
LA LAÏCITÉ EST-ELLE SOLUBLE DANS LE SARKOZYSME ? Mediapart - Théâtre de la Madeleine
ET SI LES FOURMIS N'ÉTAIENT RIEN SANS LES CIGALES de Bernard Maris -Théâtre de l'Odéon, avec Emmanuelle Béart
LA MALADIE DE LA MORT de Marguerite Duras - Théâtre de la Madeleine, avec Fanny Ardant
SLOGANS POUR 343 ACTRICES de Soudaïeva et Volodine - Théâtre National de la Colline
CLEVENOT-TÊTE A TÊTE - Théâtre National de L'Odéon
ANNA CHRISTIE d'Eugène O'Neill - Comédie de Genève, Théâtre de Villeurbanne
LE POISSON DES GRANDS FONDS de Marieluise Fleisser - CDN Orléans, Théâtre de la Colline
LA CHÈVRE, LA VIERGE ET LE CHEVAL - de M.L. Fleisser -Théâtre de l'Odéon, CDN Annecy, Chambéry
LA CONFÉRENCE DU VIEUX COLOMBIER d'Antonin Artaud (co-mise en scène avec Ph.Clévenot)
LE GENDARME EST SANS PITIÉ et LE COMMISSAIRE EST BON ENFANT de Georges Courteline -Trouville
RUMEUR À WALL STREET de Bernard Chatellier d'après Melville - Théâtre Amandiers, Nanterre
SISSI-LE SALON TRANSFIGURÉ de Philippe Clévenot - Théâtre Ouvert
CARSON McCULLERS - Théâtre Ouvert
PIONNIERS À INGOLSTADT de Marieluise Fleisser - Théâtre Amandiers, Nanterre
CONFÉRENCE SUR LA NATATION de Michel Charolles - Théâtre Ouvert (Avignon)
CELLE QUI MENT de Philippe Clévenot, d'après Angèle de Foligno - Théâtre de la Bastille
LA STAR DES OUBLIS, de Y. Daoudi - Festival d'Avignon
LES SERVITEURS de Jean-Luc Lagarce - Théâtre Ouvert, Festival d'Hérisson
EDDY (Mitchell) de Bérangère Bonvoisin - Théâtre Quartiers d'Ivry
LES SINCÈRES de Marivaux - Conservatoire de Paris, Festival d'Avignon

Comme actrice au théâtre, elle a joué sous la direction d'Antoine Vitez, André Engel, Jean-Pierre Vincent, Bruno Bayen, Balazs Gera, François Bon, Enzo Corman, Michel Didym, Nadine Eghels, Claude Guerre, Laurent Vacher, Bruno Boëglin, André Wilms, Roger Planchon, Alain Bézu, Jacques Rosner, Viviane Théophilidès, Anne-Marie Lazarini, Hélène Cixous, Jacques Lassalle, Marcel Bluwal, Bertrand Bonvoisin, Gilles Aillaud, Philippe Clévenot, entre autres.

Comme actrice à la télévision, elle a notamment travaillé sous la direction de Caroline Champetier, Gérard Vergez, Franck Cassenti, M. H. Rebois, Paule Zajdermann, Hervé Baslé, P. Kassovitz, Sébastien Grall, Eric Woreth...

Au cinéma, elle a tourné sous la direction de Jeanne Moreau, Hugo Santiago, Elsa Amiel, José Giovanni, Bernard Favre, Christine Pascal, Bertrand Van Effenterre, Jana Bokova, G.F. Mingozi/J.C.Carrière, Paolo et Vittorio Taviani, Michel Deville, Bruno Bayen, Christian de Challonges, Michèle Rosier, Gilles Bourdos, Roschdy Zem, Mikaël Hers. re 2013 et Farida Rahouadj entre autres.

   
 
  SUR SCÈNE
 
   
 
Jean-Quentin Châtelain

Jean-Quentin Châtelain

Au Théâtre
J'AI PASSE MA VIE A CHERCHER L'OUVRE-BOITE de Maurice Barthélémy, mise en scène C. Aufaure LA LETTRE AU PÈRE de Franz Kafka, mise en scène Jean-Yves Ruf
MINNA VON BARNHELM de Helsing, mise en scène Hervé Loichemol
FIN DE PARTIE de Samuel Beckett, mise en scène Alain Françon
ODE MARITIME de Fernando Pessoa, mise en scène Claude Régy
Nomination pour le Molière 2010 du meilleur comédien- Prix du meilleur comédien décerné par le Syndicat de la critique 2010
KATARAKT de R. Goetz, mise en scène Roland Auzet
LA DERNIERE BANDE de Samuel Beckett, mise en scène C. Perton, Comédie de Valence
HOMME SANS BUT de Arne Lygre, mise en scène Claude Régy, Théâtre de L'Odéon- Berthier
THEATRE DES OPERATIONS d'après Maurice G. Dantec, mise en scène Roland Auzet
DIALOGUES D'EXILES de Berthold Brecht, mise en scène Valentin Rossier
UN TRAMWAY NOMME DESIR, mise en scène Patricia Bopp, l'Orangerie à Genève
EXECUTEUR 14 d'Adel Hakim, mise en scène Adel Hakim
KADDISH POUR L'ENFANT QUI NE NAITRA PAS de Imré Kertesz, mise en scène Joël Jouanneau, Théâtre Ouvert et Vidy Lausanne et tournée
UNE LUNE POUR LES DESHERITES de Eugène O'neill, mise en scène Robert Bouvier, Théâtre de Neuchâtel, Théâtre de Carouge, Théâtre de Vidy
LA SCENE de et mise en scène Valère Novarina, Théâtre de la Colline, Vidy Lausanne et tournée
PITAGABA de Kossi Efoui. Lavoir Moderne Parisien. Mise en scène Françoise Lepoix
LA DESCENTE D'ORPHEE de Tennessee Williams, mise en scène Denis Maillefer
LA CHEMINEE de Margarit Minkov, mise en scène Véronique Bellegarde, Vidy Lausanne
MEDEE d'Euripide, mise en scène Jacques Lassalle, Théâtre de l'Odéon
DES COUTEAUX DANS LES POULES de David Harrower, mise en scène Claude Régy
PREMIER AMOUR de Samuel Beckett, mise en scène Jean-Michel Meyer, Théâtre de la Bastille
MEDEE, mise en scène Jacques Lassalle, Festival d'Avignon (Cour d'honneur)
LA TRAGEDIE DE CORIOLAN d'après W. Shakespeare, mise en scène Joël Jouanneau, Théâtre de l'Athénée, La Comédie de Genève et tournée
MACBETH de Shakespeare, mise en scène Stuart Seide
LE JARDIN DE RECONNAISSANCE, de et mise en scène Valère Novarina, Théâtre de de l'Athénée
FELIX de Robert Walser, mise en scène Claude Aufaure
COMMENT RENDRE L'AUTRE FOU, texte et mise en scène Emmanuel Schaeffer
L'IDIOT d'après Dostoïevski, mise en scène Joël Jouanneau
QUAI OUEST de Bernard-Marie Koltès, mise en scène Michel Froehly
HENRY VI de Shakespeare, mise en scène Stuart Seide
LES COMEDIES BARBARES de Ramon del Valle Inclán, mise en scène Jorge Lavelli, Cour d'honneur d'Avignon, Théâtre de la Colline
LE CERCEAU de Viktor Slavkine, mise en scène Claude Régy
LE BOURRICHON, texte et mise en scène Joël Jouanneau.
PROMETHEE ENCHAÎNE d'Eschyle, mise en scène Adel Hakim, Créteil
LE CRIMINEL mise en scène Claude Régy, Théâtre de la Bastille
FANTASIO de Musset, mise en scène Darius Peyamiras, rôle Titre, Théâtre Vidy à Lausanne
MARS d'après Fritz Zorn, mise en scène Darius Peyamiras, La Passerelle Vidy à Lausanne Reprise au Centre Culturel Suisse Paris dans le cadre du Festival d'Automne
STILL LIFE d'Emily Mann, mise en scène Jean-Claude Fall, théâtre de la Bastille
PHILOCTETE de Heiner Müller, mise en scène Bernard Sobel, Gennevilliers
LA DEDICACE de Botho Strauss, mise en scène Joël Jouanneau, Saint-Denis
LULU de Wedekind, mise en scène André Engel, Nanterre
DON JUAN ET FAUST de Grabbe, mise en scène Philippe Macasdar.
13SCHLIEMANN, texte et mise en scène Bruno Bayen, Chaillot
ANTOINE ET CLEOPATRE de Shakespeare, mise en scène Bernard Bloch, M.A.C. Créteil
WOYZECK de Georg Büchner, mise en scène Jean-Louis Hourdin, G.R.A.T. DIBBOUK de Shalom Ansky, mise en scène Moshe Leiser, Bruxelles

Cinéma
LA DUNE réalisation Yossi Aviram,
CA BRULE réalisation Claire Simon
AUX ABOIS réalisation Philippe Collin
LA CHOSE PUBLIQUE réalisation Mathieu Almaric
LES ACTEURS réalisation Bertrand Blier
LE COMMUNICATEUR réalisation Xavier Mussel
LA VIE NE ME FAIT PAS PEUR réalisation Noémie Lvovsky
CHRONIQUE réalisation Pierre Maillard
J'AI HORREUR DE L'AMOUR réalisation Laurence Ferreira Barbosa
FOURBI réalisation Alain Tanner
WALK THE WALK réalisation Robert Kramer
CAP VERT, réalisateur François Kolher
J'AI PAS SOMMEIL réalisation Claire Denis
FETE FUGITIVE réalisateur Pierre Maillard
LA CAVALE DES FOUS réalisateur Marco Pico
LES ENFANTS TANNER réalisateur Joël Jouanneau
COUPE-FRANCHE réalisateur J.P. Saune
CHOCOLAT réalisatrice Claire Denis
LES POSSEDES ou CHATOV ET LES DEMONS réalisation A. Wajda
L'OGRE d'Edelstein (Perspective - Cannes 1987)
UNE FEMME OU DEUX de Daniel Vigne
ELSA, ELSA de Didier Haudepin
LA GUERRE DES DEMOISELLES de J. Nichet

Télévision
ENGRENAGES - saison 4 réalisation Jean-Marc Brondolo
ON ACHEVE BIEN LES DJ réalisation Orso Miret
VENUS ET APOLLON réalisation Olivier Guignard
LA CHOSE PUBLIQUE réalisation Mathieu Almaric
MEDEE réalisation Don Kent
ALAIN ET LES AUTRES réalisation Denise Gilliand
LE MANTEAU réalisation Robert Kramer NAVARRO - Méprise d'otages réalisateur Yvan Butler
LE PRINCE BARBARE réalisateur Pierre Koralnik



   
 

   
Bouton haut de page  

(SIC) SCÈNE INDÉPENDANTE CONTEMPORAINE - 18 rue Jean-Baptiste Pigalle - 75009 PARIS
Tel : 01 42 66 32 42 - Fax : 01 40 15 90 80
Conception & réalisation Adragante : www.adragante.com