Image Pièces Fauteuils de théâtre
   
 
   
   
Affiche-La Dernière Bande
SAISON 2017 - 2018
  LA DERNIÈRE BANDE
 
  Distribution Parisienne
 
 
Auteur :
Samuel Beckett
Mise en scène : Peter Stein
Assistante à la mise en scène : Nikolitsa Angelakopoulou
Avec : Jacques WEBER
décor : Ferdinand Wögerbauer
Costumes : Annamaria Heinreich
maquillage et perruque : Cécile Kretschmar
 

Production Théâtre de l'Oeuvre et Laura Pels


Période de tournée : Octobre – Novembre 2017


  Auteur : Samuel Beckett
 

EXTRAIT

Spirituellement une année on ne peut plus noire et pauvre jusqu’à cette mémorable nuit de mars, au bout de la jetée, dans la rafale, je n’oublierai jamais, où tout m’est devenu clair. La vision, enfin. Voilà j’imagine ce que j’ai surtout à enregistrer ce soir, en prévision du jour où mon labeur sera... (il hésite)... éteint et où je n’aurai peut-être plus aucun souvenir, ni bon ni mauvais, du miracle qui... (il hésite)... du feu qui l’avait embrasé. Ce que soudain j’ai vu alors, c’était que la croyance qui avait guidé toute ma vie, à savoir... (Krapp débranche impatiemment l’appareil, fait avancer la bande, rebranche l’appareil) — grands rochers de granit et l’écume qui jaillissait dans la lumière du phare et l’anémomètre qui tourbillonnait comme une hélice, clair pour moi enfin que l’obscurité que je m’étais toujours acharné à refouler est en réalité mon meilleur — (Krapp débranche impatiemment l’appareil, fait avancer la bande, rebranche l’appareil) — indestructible association jusqu’au dernier soupir de la tempête et de la nuit avec la lumière de l’entendement et le feu — Krapp débranche impatiemment l’appareil, fait avancer la bande, rebranche l’appareil) mon visage dans ses seins et ma main sur elle. Nous restions là, couchés, sans remuer. Mais, sous nous, tout remuait, doucement, de haut en bas et d’un côté à l’autre.

Pause.

Passé minuit. Jamais entendu pareil silence. La terre pourrait être inhabitée. Pause. Ici je termine — Krapp débranche l’appareil, ramène la bande en arrière, rebranche l’appareil.
— le haut du lac, avec la barque, nagé près de la rive, puis poussé la barque au large et laissé aller à la dérive. Elle était couchée sur les planches du fond, les mains sous la tête et les yeux fermés. Soleil flamboyant, un brin de brise, l’eau un peu clapoteuse comme je l’aime.

La dernière bande, Samuel Beckett, Les Editions de Minuit, 1960


VIDÉO À VENIR
 
 

 

PRESSE
LE FIGARO
Le Canard Enchainé
 




 
 
 
  AUTEUR
 
   
 

SAMUEL BECKETT

Beckett en quelques dates

1906
1923
1928-30

  naissance de Samuel Beckett le 13 avril à Cooldrinagh, village de Foxrock (comté de Dublin)
Samuel Beckett commence ses études à Trinity College (Dublin)
Samuel Beckett est lecteur d’anglais à l’École Normale Supérieure de la rue d’Ulm. Il fait la rencontre de Joyce, qui devient une figure importante pour lui : il aide Joyce en faisant des comptes-rendus d’ouvrage pour son Work in Progress, sur lequel il écrira un essai, et dont il traduira un extrait

2032
1933
1933-35
1936-37
1938
1941
1942
1942-45
1945-50

  rédaction de son premier roman, Dream of Fair to Middling Women (Rêves de femmes pas trop mal) mort de son père Bill Beckett
vit à Londres, Beckett entame une psychanalyse
voyage en Allemagne
décide d’écrire en français
agent de liaison et secrétaire dans un réseau de résistance.
Le réseau est découvert, Beckett quitte Paris et fuit vers le Sud
vit à Roussillon, où il travaille dans les champs en échange de nourriture. Rédaction de Watt
Période d’écriture intense, Beckett écrit deux pièces (dont Godot), plusieurs nouvelles et quatre romans
FIN 1945
1950

  « économe-interprète » à l’Hôpital de Saint-Lô tenu par la Croix Rouge irlandaise
après des dizaines de refus, Jérôme Lindon (Éditions de Minuit) s’enthousiasme pour Molloy et deviendra l’éditeur de Beckett
mort de sa mère May Beckett

1953

  création d’En attendant Godot. Succès international après plus de 20 années d’écriture dans l’anonymat complet

1957
1961
1964
  création de Fin de partie
création d’Oh les beaux jours
supervise à New York le tournage d’un film cinéma qu’il a écrit, Film, avec dans le rôle principal Buster Keaton
1967
  de plus en plus sollicité par les metteurs en scène, Beckett met lui-même en scène Fin de partie à Berlin. Il montera par la suite presque chacune de ses pièces au moins une fois, et dirigera le tournage de toutes ses pièces pour la télévision

1969
1989
  Prix Nobel de Littérature
mort de Samuel Beckett le 22 décembre

   
 
  MISE EN scène
 
   
 

PETER STEIN
PETER STEIN

Né à Berlin en 1937, Peter Stein est l’un des plus importants metteurs en scène européens. Il a forgé sa réputation au cours des années 70 en prenant la direction artistique de la Schaubühne am Lehninerplatz, à Berlin.
Cofondateur de la Schaubühne am Halleschen Ufer en 1970, il y travaille notamment avec Jutta Lampe, Edith Clever, Bruno Ganz et met en scène Peer Gynt d’Ibsen (1971), Prinz Friedrich von Homburg de Kleist (1972), Die Unvernünftigen Sterben Aus (Les gens déraisonnables sont en voie de disparition) par Peter Handke (1974), ainsi que son adaptation de l’Orestie d’Eschyle, que beaucoup considèrent comme son chef-d’oeuvre (1980).
En 1985, Stein reprend sa liberté. Il commence dès lors à mettre en scène des opéras et des oeuvres dramatiques dans différents théâtres. Il s’intéresse particulièrement à Tchekhov, dont il monte Les Trois soeurs (1984, toujours à la Schaubühne), La Cerisaie (1989 et 1996), Oncle Vania (1996). De 1992 à 1997, il est responsible de la programmation théâtrale des Salzburger Festspiele. A Hanovre, pour l’Expo 2000, il met en scène un Faust en version intégrale : les représentations se répartissent sur deux journées. En 2007, sa création de Wallenstein, de Schiller, dure 10 heures ; Klaus-Maria Brandauer joue le rôle principal.

Peter Stein vit aujourd’hui en Italie. Parmi ses dernières mises en scène : Médée, d’Euripide (Syracuse et Epidaure) ; Electre, de Sophocle (Epidaure) ; La Cruche cassée, de Kleist (Berlin); I Demoni, d’après Dostoïevski (Ateliers Berthier, 2010); Ödipus am Kolonos (Oedipe à Colone), de Sophocle; Le Prix Martin, d’Eugène Labiche (Odéon, 2013). A l’opéra : Mazeppa (2006), Eugène Onéguine (2007) et La Dame de Pique (2008), de Tchaïkovski, à l’Opéra de Lyon; Le Château de Barbe-Bleue, de Bartok, à la Scala de Milan (2008); Lulu, de Berg (Vienne, Lyon et Milan).
Stein, qui est Commandeur de l'Ordre des Arts et Lettres et Chevalier de la Légion d'Honneur, est docteur honoris causa des universités d’Edimbourg, Valenciennes, Salzbourg, Rome et Iéna.

   
 
  Sur scène
 
   
 

Jacques WEBER
Jacques WEBER



2015
2014

  L'Avare de Molière, mise en scène Jean-Louis Martinelli, Théâtre Dejazet
Gustave d’Arnaud Bedouet, mise en scène Christine Weber, Théâtre de l'Atelier
Hôtel Europe de Bernard Henri-Lévy, mise en scène Dino Mustafic, Théâtre de l'?Atelier
Le Roman de Monsieur Molière de Mikhaïl Boulgakov, mise en scène Christine Weber
2013

  La Dame de la mer d’Henrik Ibsen, mise en scène JR.Vesperini, Théâtre Montparnasse
Le Prix Martin d’Eugène Labiche, mise en scène Peter Stein, Théâtre de l'Odéon 2011
Quelqu’un comme vous de Fabrice Roger-Lacan, mise en scène Isabelle Nanty Théâtre du Rond-Point, Théâtre Marigny
2010
2009

  Solness le constructeur d’Henrik Ibsen, mise en scène Hans Peter Cloos,
Hébertot 2009 Seul en scène, Théâtre Marigny
César, Fanny, Marius, mise en scène Francis Huster, Théâtre Antoine
2008
2007
2006
2004
2003
2002
2000
1999

  Sacré nom de Dieu d’Arnaud Bedouet, mise en scène Loïc Corbery,
Débats de Jean-Marie Duprez, Théâtre de la Madeleine
Love letters d’Albert Ramsdell Gurney, mise en scène Sandrine Dumas
L’Evangile selon Pilate d’EE. Schmitt, mise en scène C. Lidon, Théâtre Montparnasse
Jacques Weber raconte... Monsieur Molière! de Mikhaïl Boulgakov
Le Limier d’Anthony Shaffer, mise en scène Didier Long, Théâtre de la Madeleine
La Vie de Galilée de Bertolt Brecht, mise en scène Jacques Lassalle, La Colline
La Controverse de Valladolid de Jean-Claude Carrière, mise en scène Jacques Lassalle, Théâtre de l'Atelier
1996
  La Tour de Nesle d’Alexandre Dumas, mise en scène Roger Planchon, Mogador
1993
  La Mégère apprivoisée de William Shakespeare, mise en scène Jérôme Savary, Théâtre National de Chaillot


1991
  L'Ecole des Femmes de Molière, mise en scène Jean-Luc Boutté, Théâtre Hébertot
Maman Sabouleux et 29 degrés à l’ombre d’Eugène Labiche, mise en scène I. Nanty
1990
1987
1985
1983
  Le Chant du départ d’Ivane Daoudi, mise en scène Jean-Pierre Vincent
Dom Juan de Molière, mise en scène Francis Huster, Théâtre Renaud-Barrault
Deux sur la balancoire de William Gibson, mise en scène Bernard Murat
Cyrano de Bergerac d’Edmond Rostand, mise en scène Jérôme Savary,
Le Rêve de d’Alembert de Denis Diderot, mise en scène Jacques Kraemer
1982
1980
  Une journée particulière, mise en scène Françoise Petit
Les amours de Jacques le Fataliste de Denis Diderot, mise en scène Francis Huster
Le Mariage de Figaro de Beaumarchais, mise en scène F. Petit et M. Vaudaux

1978
1977
1972
  Maître Puntila et son valet Mati de Bertolt Brecht, mise en scène Guy Rétoré
Le nouveau monde de Villiers de l'?Isle-Adam, mise en scène Jean-Louis Barrault
Les bas fonds de Maxime Gorki, mise en scène Robert Hossein


Malgré quelques rôles remarqués au cinéma ce n'est qu'en 1990 avec Cyrano de Bergerac de Jean-Paul Rappeneau qu'il se fait connaître du grand public. Il obtient grâce au rôle du Comte de Guiche le César du Meilleur Acteur dans un second rôle en 1991.
A partir de 2009, il se fait plus présent au cinéma. Il est ainsi à l'affiche Le Bal des actrices de Maïwenn, Fais moi plaisir, Ensemble c’est trop, Bienvenue parmi nous, Arrête de pleurer Pénélope, Mauvaise fille, Les yeux jaunes ces crocodiles, Les Bêtises.
   
 

   
Bouton haut de page  

(SIC) SCÈNE INDÉPENDANTE CONTEMPORAINE - 3 rue Cunin-Gridaine - 75003 PARIS
Tel : 01 42 66 32 42
Conception & réalisation Adragante : www.adragante.com